Il n’y a finalement pas de chambre secrète dans le tombeau de Toutankhamon

Des balayages radar de la tombe du pharaon Toutankhamon ont prouvé qu’il n’y a pas de chambres secrètes remplies de trésors enfouis. Cette fin décevante d’une recherche qui a duré trois ans a été annoncée par le ministère égyptien des antiquités.

Elle vient balayer la théorie proposée par l’égyptologue britannique Nicholas Reeves selon laquelle la tombe de la reine Néfertiti pourrait être cachée derrière des peintures murales dans la chambre funéraire du pharaon.

Tombe Toutakhamon

Une nouvelle étude qui vient mettre fin à la polémique

Les experts ont été divisés sur l’existence des chambres cachées après que les scanners réalisés par des scientifiques américains et japonais se soient montrés peu convaincants. Une équipe de l’Université Polytechnique de Turin a entamé une nouvelle recherche en février 2017 à l’aide d’un radar capable de pénétrer dans le sol.

« Notre travail montre de manière concluante qu’il n’y a pas de chambres cachées, pas de couloirs adjacents à la tombe de Toutankhamon », a déclaré Francesco Porcelli, présentant les résultats de l’étude lors d’une conférence internationale au Caire. « Comme vous le savez, il y avait une théorie soutenant l’existence possible de ces chambres, mais malheureusement, notre travail ne soutient pas cette théorie. »

Finalement il faudra rechercher la tombe de Néfertiti ailleurs

Les autorités égyptiennes avaient prétendu en 2015 qu’il y avait une probabilité de « 90% » que quelque chose soit derrière les murs du tombeau de Toutankhamon. On avait alors espéré que la découverte du lieu de repos définitif de la reine Néfertiti apporterait un éclairage nouveau sur une période mystérieuse de l’histoire égyptienne.

Néfertiti, qui mourut au 14e siècle av. J.-C., serait la belle-mère de Toutankhamon. Son visage a été immortalisé dans un buste vieux de 3 300 ans, actuellement dans un musée de Berlin, mais sa momie n’a jamais été formellement identifiée. La recherche de la célèbre reine devra maintenant se concentrer ailleurs.

Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités d’Égypte, a confirmé que la recherche n’a pas révélé de murs ou de couloirs de blocage artificiels comme on le supposait auparavant. « Les études ont montré qu’il n’existe aucune chambre, ni même aucune indication de seuil ou de cadre de porte, ce qui contredit la théorie antérieure qui supposait l’existence de passages ou de chambres adjacentes ou à l’intérieur de la chambre funéraire du roi Toutankhamon. »

Mots-clés archéologieégypte