Il pleut des particules et des gaz sur Saturne

Même si Cassini s’est échoué dans l’atmosphère de Saturne en 2017, la sonde a eu le temps de collecter des informations fascinantes concernant la planète. Preuve en est, elle a apporté des preuves aux chercheurs de la NASA de l’existence de chutes de particules et de gaz provenant des anneaux internes de la planète.

Selon les scientifiques, il ne s’agit pas d’une simple petite chute puisque les anneaux font tomber près de 10 000 kilogrammes de matières par seconde.

Extra-terrestres Saturne

Cassini a passé 20 ans dans l’espace. La sonde a gravité 294 fois autour de Saturne et y a pris 453 048 images. L’appareil a terminé sa mission sur Saturne de façon spectaculaire en effectuant 22 allées et venues entre la planète et ses anneaux au cours de ses dernières années. Finalement, elle a sombré dans l’atmosphère de Saturne et les scientifiques de la NASA ont perdu le contact avec la sonde.

Malgré tout, les chercheurs parviennent encore à tirer des informations de la sonde même depuis ses orbites définitives. Ils surnomment ces nouvelles recherches, le « Grand final » de Cassini.

Il y a une pluie annulaire sur Saturne

Pour commencer, les scientifiques de la NASA relatent que les particules qui tombent sur Saturne sont de deux sortes. Certaines particules tombent directement sur la planète tandis que d’autres se chargent électriquement et « tournoient en spirale le long des lignes de champ magnétique. » Les scientifiques déclarent qu’il s’agit d’un phénomène de « pluie annulaire. »

D’autre part, les chercheurs ont constaté que les « nanograins » d’eau provenant des anneaux de Saturne sont incrustés de particules organiques. Ces derniers se constituent de différents composés organiques dont certains ont été découverts sur les lunes de Saturne. En d’autres termes, les scientifiques exposent que le système de Saturne se compose de « trois réservoirs distincts de molécules organiques. »

Cassini ne tire pas encore sa révérence

La responsable scientifique du projet Cassini, Linda Spilker, s’est exaltée de toutes les découvertes effectuées par la sonde. Elle déclare que c’était important « d’aller là-bas, d’explorer un endroit où nous n’avions jamais été auparavant. L’expédition a vraiment porté ses fruits, les données sont extrêmement excitantes. »

Néanmoins, le rôle de Cassini n’est pas encore achevé. La NASA a déclaré que cela prendrait des années aux scientifiques pour analyser les données provenant des instruments du vaisseau spatial. Le volume 362 du magazine Science devrait d’ailleurs nous donner plus d’informations sur les récentes découvertes de l’agence spatiale.

Mots-clés cassinisaturne