Clicky

Il sera bientôt possible d’acheter un piège à frelons asiatiques pour tenter de sauver les abeilles

Depuis trois ans, Denis Jaffré, apiculteur à Locmélar (29), planche sur un moyen efficace d’éradiquer le frelon asiatique, un nuisible qui menace les abeilles.

Brevetée, l’invention de ce producteur de miel du pays de Morlaix a reçu, le lundi 7 mai dernier, le fameux grand prix du concours Lépine organisé à l’occasion de la Foire de Paris.

Frelon Asiatique

Un nuisible responsable de gros dégâts en France

L’apiculteur de Locmélar pense à son piège depuis 2006, l’année où le frelon asiatique a décimé 35 de ses colonies d’abeilles. Il faut dire que depuis son arrivée en France en 2004, ce nuisible a été à l’origine de l’extermination de milliers d’abeilles. Denis Jaffré n’a donc cessé de tester des solutions pour détruire les nids et capturer les reines, tout en protégeant les abeilles. C’est désormais chose faite. Et son piège fonctionne même très bien, d’où cette récompense.

Expérimenté pendant un an, en 2017, sur l’une de ses colonies, il a permis à Denis Jaffré de capturer « 1062 frelons asiatiques dont 25 reines en début de saison ».

Un piège sélectif

Le piège, écologique, fonctionne sur le principe d’une nasse. Il est constitué d’un premier bac dans lequel est installé l’appât (des rayons de cire, avec le miel, dont le parfum attire inexorablement les frelons qui passent par là). Les frelons sont ensuite pris au piège dans « une cage de capture » dotée de deux dispositifs filtrants, qui permettent la sélection des insectes. Les petits insectes et les abeilles peuvent entrer et sortir facilement du piège, tandis que le frelon asiatique qui entre ne peut plus en ressortir. Quant au frelon européen qu’il faut protéger, il est trop gros pour franchir le grillage.

Avec un seul bac de ce type, installé à Roscoff, Denis Jaffré a réussi à capturer et tuer plus d’un millier de frelons en très peu de temps.

Commercialisation prévue en juillet

L’apiculteur a déposé le brevet de cette invention au mois de février dernier pour la modique somme de 5 000 €. Il va désormais se concentrer sur la production en série de son piège à frelons asiatiques qui ne coûtera pas plus de 7 € l’unité. La commercialisation est envisagée en juillet, et la fabrication en série sera assurée par une entreprise locale.

L’apiculteur prévoit de proposer son invention dans un premier temps aux groupements d’apiculteurs et aux collectivités locales.