Il s’est injecté une bactérie préhistorique pour devenir immortel

Anatoli Brouchkov est un scientifique russe un peu fantasque. Il s’est effectivement mis en tête de devenir immortel et il n’a rien trouvé de mieux que de s’injecter une bactérie de 3,5 millions d’années pour tenter de parvenir à ses fins. Oui, une bactérie venant tout droit de la préhistoire, c’est bien ça. Et attention, car cette idée est beaucoup moins folle qu’on pourrait le croire.

Si Anatoli n’est pas très connu du commun des mortels, il a une solide réputation dans le petit milieu des biologistes et cela n’a rien de surprenant car ce chercheur en géo-cryologie est un expert du pergélisol.

Bactérie immortel

Et si certaines bactéries pouvaient nous rendre immortels ?

Et non, ce n’est pas la première fois que ce terme apparaît dans un de mes articles aujourd’hui.

Anatoli connaît le pergélisol comme personne

Le pergélisol désigne en réalité une partie – ou une couche – des cryosols et donc des sols des régions les plus froides au monde. Il est gelé en permanence et il a fait l’objet de nombreuses études, notamment dans le cadre du réchauffement climatique.

Il permet effectivement aux chercheurs de mieux mesurer l’impact des hausses de température sur notre planète et sur son environnement.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le pergélisol est relativement commun et il couvre ainsi un cinquième de la surface de la planète. On le trouve surtout au Groenland, en Alaska, au Canada et… en Russie.

Anatoli ne s’intéresse pas au réchauffement climatique pour sa part, mais plutôt aux molécules préhistoriques. C’est précisément ce qui l’a poussé à étudier le pergélisol puisqu’il contient souvent des éléments piégés depuis plusieurs millions d’années.

Des éléments comme des bactéries par exemple.

Si vous n’êtes pas familiers de la chose, il faut savoir qu’il existe des milliers de bactéries dans le monde. Elles sont présentes un peu partout et elles sont même parvenues à coloniser les fonds océaniques mais également les cafetières Nespresso.

Tenez, d’ailleurs, vous êtes vous-mêmes entièrement recouvert de bactéries mais vous n’en avez pas conscience.

La Bacilius F va-t-elle nous rendre immortels ?

La durée de vie d’une bactérie dépend avant tout de son espèce. Certaines meurent en quelques minutes, d’autres parviennent à tenir un peu plus longtemps.

Dans le lot, on trouve aussi des espèces qui sont capables de former une spore pour se protéger du monde extérieur, et de survivre ainsi pendant plusieurs dizaines de millions d’années.

En analysant le pergélisol, Anatoli est tombé sur une ancienne bactérie âgée de 350 millions d’années : la Bacilius F. Il a alors commencé à  la cultiver et à l’étudier pour comprendre son fonctionnement. Avec son équipe, il l’a notamment injecté à des souris blanches pour déterminer si elle pouvait les rendre plus résistantes aux maladies et au vieillissement cellulaire.

Les premiers tests ont été plutôt concluants puisque les cobayes ont vécu plus longtemps que la normale.

Le chercheur a donc décidé de se l’injecter dans la foulée. Il est effectivement persuadé que cette bactérie peut renforcer l’organisme humain et il faut croire qu’il n’a pas tort puisque cela fait maintenant deux ans qu’il n’est pas tombé malade.

Bon, par contre, il a eu un peu de mal à s’habituer au troisième oeil qui lui a poussé en plein milieu du front.

Mots-clés biologieinsolite