Clicky

Il va falloir faire attention aux virus musicaux

Les virus peuvent prendre diverses formes. Pendant très longtemps, ils visaient en effet les fichiers exécutables, mais ce n’est plus le cas désormais. Certains peuvent en effet se cacher dans de simples photos, d’autres dans des vidéos. Des chercheurs en sécurité ont voulu aller plus loin et ils ont ainsi réussi à développer un malware fonctionnant avec de simples ondes sonores. Bel exploit, n’est-ce pas ?

Cette prouesse, nous la devons à une équipe de chercheurs travaillant pour les Universités du Michigan et de Caroline du Sud.

Virus musicaux

Il va falloir vous méfier de vos enceintes.

En étudiant les ondes sonores, les scientifiques ont réalisé qu’elles pouvaient parfaitement être utilisées pour influencer les informations récoltées par les accéléromètres intégrés à nos smartphones ou à nos bracelets connectés.

Les ondes sonores peuvent tromper les accéléromètres

Kevin Fu, un des auteurs de l’étude, n’a d’ailleurs pas hésité à comparer cette technique à celle du chanteur de l’opéra durant un entretien mené par nos confrères du New York Times. En modulant sa voix, ce dernier est en effet capable de briser un verre sans avoir besoin de poser la main dessus. Le principe est un peu le même ici, avec davantage de nuances.

Les accéléromètres ne sont pas des composants électroniques, mais mécaniques. Ils prennent la forme d’un mécanisme capable de suivre les mouvements de l’appareil dans lequel il se trouve.

Grâce à ce système, nos téléphones et nos bracelets connectés sont capables de déterminer lorsque nous sommes en mouvement et ils peuvent même utiliser ce composant pour compter nos pas.

Les chercheurs voulaient déterminer s’il était possible d’utiliser des ondes sonores pour influencer ce fameux mécanisme. L’influencer, ou plutôt le déclencher. Ils ont donc mis au point un programme capable d’utiliser les enceintes d’un ordinateur et une simple piste musicale pour diffuser des ondes sonores. Ils l’ont ensuite testé avec plusieurs produits différents.

L’expérience a été un succès

L’expérience a été un véritable succès. Grâce à ce système, les scientifiques ont pu trafiquer l’accéléromètre d’une vingtaine de produits différents.

Il leur a notamment permis de fausser le comptage de pas de plusieurs bracelets connectés, mais aussi… d’influencer la trajectoire de plusieurs voitures contrôlées avec une application mobile.

Amusant, n’est-ce pas ? Certes, mais il faut tout de même rappeler que les accéléromètres ne se limitent pas à nos smartphones ou à nos coachs électroniques. En réalité, ces composants sont aussi utilisés dans certains produits médicaux et notamment dans les stimulateurs cardiaques ou même dans les défibrillateurs implantables. Ces appareils utilisent la pièce pour détecter la position du patient et pour adapter la stimulation à leur condition physique. En utilisant la technique développée par ces chercheurs, il serait donc tout à fait possible de les tromper eux aussi. Cette fois, les conséquences pourraient être beaucoup plus dramatiques.

L’article scientifique correspondant à cette étude se trouve à cette adresse.

Mots-clés malwaresécurité

Share this post

David

Passionné, colérique, humain.