Clicky

Il va y avoir du changement pour Google+ !

Google+ n’est peut-être pas aussi populaire que Facebook, mais il a tout de même ses inconditionnels. Il est d’ailleurs possible que vous en fassiez parti et si tel est le cas, alors ces quelques lignes devraient vous inquiéter au plus haut point. Logique, puisque le nouveau patron de la plateforme a décidé de la scinder en deux entités distinctes : Photos et Streams. Autrement dit, le service tel que vous le connaissez est peut-être bien condamné à disparaître.

Tout est parti d’un simple message publié par Bradley Horowitz sur le réseau social. Si ce dernier confirme prendre la tête de la division chargée du développement du service, il évoque aussi sa scission en deux produits distincts.

Fin Google+

Bradley Horowitz va apporter de nombreux changements de fond à Google+.

Comment ? Quand ? Sous quelle forme ? Les questions se bousculent sans doute dans votre tête, ricochant comme des pierres plates sur le lac de votre enfance, mais Bradley n’a malheureusement pas précisé sa pensée et il reste encore beaucoup d’inconnues dans l’équation.

Vers des services et des applications distincts ?

Selon toute vraisemblance, Photos devrait regrouper toutes les fonctions en lien avec le stockage et le partage d’images. Un peu comme un Picasa remis au goût du jour, en somme. Streams, lui, devrait surtout se concentrer sur les échanges des utilisateurs, et donc sur nos conversations.

En marge, il ne serait pas non plus étonnant que Hangouts prenne de l’ampleur et devienne un produit complètement à part histoire de concurrencer Skype.

A ce stade, ce ne sont cependant que des hypothèses et elles doivent être prises en tant que telles. Ceci étant, une chose est sûre : la communauté risque de ne pas apprécier. Non, mais Google a prouvé à de multiples reprises qu’il n’avait pas peur de se mettre à dos les internautes. La fermeture de Reader en est un très bon exemple, d’ailleurs.

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.