Il y a 5 ans, Microsoft rachetait Nokia pour sécuriser ses positions sur le mobile

Le 3 septembre 2013, Steve Balmer, alors patron de Microsoft, envoyait un mail à ses équipes pour leur annoncer le rachat de la division smartphone de Nokia. En privé, la somme déboursée par Microsoft s’élevait alors à seulement 7,6 milliards de dollars. Un montant particulièrement contenu pour une marque qui représentait à elle seule, quelques années plus tôt, pas moins de 41% du marché mobile au niveau mondial. Au travers de cette acquisition, le but premier de la firme de Redmond était d’assurer les arrières de son OS, Windows Phone, et d’obtenir une meilleure légitimité sur le marché, notamment face à Apple et Google.

Deux petites années plus tard, la situation avait finalement tourné au vinaigre. Le Microsoft de Satya Nadella (arrivé à la tête du groupe entre temps), se voyait ainsi contraint de sonner la retraite après la débandade – plus ou moins complète – de la stratégie précédemment mise en oeuvre sur le smartphone, et la déconfiture avérée des Windows Phone.

Il y a à peine plus de 5 ans, Microsoft annonçait le rachat de la division smartphone de Nokia. L’objectif de la firme était alors de sécuriser ses positions sur le marché du mobile. On sait tous que ça ne s’est finalement pas déroulé comme prévu…

En juillet 2015, Satya Nadella déclarait devoir prendre « des décisions difficiles dans les secteurs qui ne fonctionnent pas« . Une annonce qui précédait de peu le licenciement de 7800 employés, principalement engagés dans le marché du smartphone. En Finlande, sur les terres de Nokia, cette décision faisait alors office de séisme ; tandis que chez Microsoft, les pertes se chiffraient quant à elles en milliards de dollars, selon TheNextWeb.

Un échec salutaire pour Nokia ?

Le départ, finalement assez précipité de Microsoft, n’aura pourtant pas sonné le glas de Nokia. La division mobile de la firme d’Espoo, rachetée en fin d’année 2016 par le finlandais HMD Global, devait au bout du compte renaître de ses cendres pour revenir sur le marché en cours d’année 2017. À l’heure actuelle, cette branche de la marque star des années 90 et 2000 se porte plutôt bien. Elle profite même d’une croissance notable sur un marché saturé, et parvenait dernièrement à se hisser sur la onzième place des plus gros fabricants de smartphones.

De son côté, Microsoft a laissé tomber le secteur du mobile pour ne plus se concentrer que sur le portage d’applications de son cru, sur iOS et Android. Certaines rumeurs évoquent toutefois un come-back de la firme sur le marché au travers de sa gamme Surface et d’un éventuel Surface Phone. Difficile cependant de savoir si ces rumeurs sont fondées.

Mots-clés microsoftnokia