Clicky

Il y a 60 ans, Spoutnik inaugurait la conquête spatiale

Il y a 60 ans, la conquête spatiale débutait. L’URSS démarrait la course en plaçant Spoutnik1 en orbite, le premier satellite artificiel de l’histoire.

Créé par l’ingénieur Sergueï Pavlovitch Korolev, Spoutnik-1 avait la forme d’une sphère de 58 centimètres de diamètre pour un poids total de 43,6 kilos. Au-delà de servir la propagande soviétique, son but était de transmettre pendant 22 jours des mesures sur les vents solaires, le champ magnétique terrestre, les rayons cosmiques, etc.

Ce fut le premier objet artificiel lancé dans l’immensité de l’Espace pour les premières données scientifiques récoltées en direct depuis le cosmos.

L’enjeu majeur de la guerre froide entre les États-Unis et l’URSS

L’événement a eu lieu le 4 octobre 1957 à 22h28. L’URSS ne s’arrête pas là, en envoyant quasiment un mois plus tard, le 3 novembre 1957, la chienne Laïka à bord de Spoutnik-2. La pleine puissance militaire et spatiale était d’ores et déjà affichée par l’URSS.

Il aura fallu quatre mois aux États-Unis pour réagir avec la mise en orbite de leur propre satellite, baptisé Explorer 1, le 1er février 1958. Il a été lancé depuis la fameuse base de Cap Canaveral qui deviendra un site primordial pour la conquête spatiale par la suite.

Au cours de cette véritable course, Nikita Khrouchtchev, alors premier secrétaire du Parti communiste russe, conservait une longueur d’avance sur Harry S. Truman, président des États-Unis, avec l’envoi du premier homme en orbite autour de la Terre, le célèbre Youri Gagarine. Il effectua le premier tour du monde en 108 minutes, dont 89 en orbite.

Un événement qui nous paraît banal aujourd’hui, notamment grâce à l’ISS, la Station Spatiale Internationale, mais il faut imaginer l’ampleur de la chose à l’époque et le côté abstrait qu’elle pouvait avoir dans l’imaginaire commun.

Toujours plus loin, toujours plus vite, pour une conquête fantastique

Après plus de dix ans de progrès, les USA reprennent la tête de la course grâce au programme Apollo, lancé par le président John Fitzgerald Kennedy en 1962. Un pas de plus vers la conquête spatiale est marqué le 21 juillet 1969, quand Neil Armstrong devient le premier homme à poser le pied sur la Lune.

Jusqu’en 1972, les missions Apollo restent l’apogée de cette compétition incroyable, et unique, à laquelle se sont livrées les deux grandes puissances mondiales de la guerre froide. Aujourd’hui, l’Espace est constamment habité grâce à l’ISS, avec à son bord 6 astronautes.

Désormais, les satellites voyagent à travers la Voie lactée, et l’on planche sur la colonisation de Mars (que l’on visite grâce aux Rovers !) et de nouvelles visites de la Lune. Les progrès ont été – comme dans tous les domaines qui nous entourent – intensifs, à tel point que l’on en arrive à considérer les déchets spatiaux créés par l’homme comme inquiétants pour l’avenir, du fait de leur multiplication et du risque de collision qu’ils peuvent engendrer.

Les satellites géostationnaires nous surveillent à 36 000 kilomètres d’altitude et des fortunés peuvent s’offrir des voyages dans l’Espace. Tandis qu’il y a 60 ans, c’était le fameux « bip-bip » produit par Spoutnik qui émerveillait les radios du monde entier.

La conquête se poursuit, avec toujours plus d’ambitions. Spoutnik marquait également les balbutiements d’une informatique aboutie, avant l’évolution folle que l’on connaît !

Share this post

JB

Infirmier | Passionné par les nouvelles technologies et la photo