Il y a de l’oxygène dans l’atmosphère de Tchouri

Tchouri poursuit sa course à travers l’espace, sous l’oeil bienveillant de Rosetta. La sonde vient d’ailleurs de faire une surprenante découverte. Elle a effectivement trouvé de l’oxygène dans l’atmosphère de la comète, à la grande surprise des scientifiques et des chercheurs responsables du projet. Personne n’arrive à comprendre le phénomène.

Rosetta a été lancée par l’Agence Spatiale Européenne (ASE) en 2004. Elle a mis plusieurs années pour atteindre la comète 67P Churyumov-Gerasimenko et pour se placer en orbite.

Oxygène Rosetta

Rosetta a découvert de l’oxygène dans la queue de Tchouri.

Elle pour objectif principal de récolter des données portant sur la composition du noyau de la comète et elle a ainsi envoyé sur place un atterriseur du nom de Philae.

Rosetta a commencé sa mission en 2004

Ce nom ne vous est certainement pas inconnu et c’est assez logique car ce dernier a beaucoup fait parler de lui depuis la fin de l’année dernière. Son atterrissage ne s’est effectivement pas passé comme prévu et Philae a ainsi rebondi à la surface de la comète pour aller s’écraser un peu plus loin.

L’équipe au sol est parvenu à le contacter à de multiples reprises et il a transmis plusieurs données de télémétrie. Ces différents problèmes ont été évoquées à plusieurs reprises dans ces lignes.

Lire :

Mais revenons-en plutôt à Rosetta. Comme indiqué un peu plus haut, la sonde spatiale a découvert de l’oxygène dans l’atmosphère de la comète Tchouri.

Le spectromètre de la sonde a découvert la présence d’oxygène moléculaire dans le nuage formant la queue de la Tchouri

Cette mesure a été effectuée par le spectromètre Rosina, et donc par l’un des instruments embarqués sur la sonde.

Il a réalisé plusieurs analyses entre septembre 2014 et mars 2015 et il a découvert la présence de 4% d’oxygène moléculaire dans le nuage formant la queue de la comète. Fait intéressant, le taux est resté stable sur cette période.

Personne ne l’avait prévu et cette découverte a été une véritable surprise pour les scientifiques en charge du projet. Elle remet beaucoup de choses en question, et notamment les modèles établis sur la formation du système solaire.

André Bieler, un des auteurs d’une étude publiée dans la revue anglaise Nature, pense que cet oxygène moléculaire pourrait être plus ancien que le système solaire. Il pourrait par conséquent nous en apprendre plus sur sa genèse et nous pousser à modifier tous les modèles établis sur la formation de notre système.

Notez pour finir que c’est la première fois que l’on trouve du dioxygène dans une comète.

Crédits Image