Ils dessinent des pénis avec leur GPS pour sauver des vies

En Nouvelle-Zélande, une association a lancé une étonnante opération consistant à dessiner des pénis avec des GPS. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle ne le fait pas – uniquement – pour faire rire la plèbe, mais plutôt pour attirer l’attention des internautes sur le dépistage du cancer des testicules. Une initiative à la fois décalée, drôle et originale.

Le cancer du testicule n’est pas le plus fréquent. Il représente en effet en moyenne entre 1 et 2 % des cancers chez l’homme, et environ 3,5 % des tumeurs urologiques.

GoBallsOut

#GoBallsOut, une opération pas comme les autres.

Contrairement aux autres cancers, il est relativement facile à traiter du moment où la tumeur est contenue à l’organe.

Sensibiliser les hommes au cancer des testicules à coups de hashtags

Tout le problème est là d’ailleurs, car les hommes ne pensent pas toujours à se faire dépister. Pire, beaucoup de patients ont tendance à faire traîner les choses lorsqu’ils sentent une grosseur au niveau de leurs bourses et c’est précisément ce qui a poussé une association néo-zélandaise à lancer cette étonnante opération.

La campagne #GoBallsOut, c’est son nom, consiste en effet à sensibiliser les hommes au risque de la maladie à partir de dessins de pénis tracés sur des cartes à l’aide d’un GPS.

L’idée est assez simple. L’association demande en effet aux participants et aux participantes de profiter de leurs courses pour tracer un pénis et ses deux testicules sur la carte de leur solution de suivi préférée. Ensuite, ils doivent tout simplement prendre une capture de leur dessin et la partager sur leurs profils sociaux en l’accompagnant du hashtag défini spécialement pour l’occasion.

Tout le monde peut participer

Graeme Woodside, le directeur de l’association, espère que cette initiative poussera les hommes à décrocher le téléphone et à prendre rendez-vous chez un urologue afin de se faire dépister.

Il faut d’ailleurs souligner que ce défi ne vise pas uniquement les coureurs. Les adeptes de sports nautiques ou même de courses automobiles peuvent aussi s’en donner à cœur joie s’ils le souhaitent. Même chose pour les pilotes d’hélicoptères d’ailleurs.

Graeme a évidemment conscience que cette opération peut paraître provocante, mais il l’assume entièrement. Pour lui, la fin justifie effectivement les moyens.

Du coup, eh bien si vous avez l’habitude d’aller courir de temps en temps, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire.

Mots-clés gpsinsolite