Ils louent un Airbnb en Espagne et se retrouvent chez un chef néonazi

Airbnb fait la une de tous les médias depuis la fin de semaine dernière et cela n’a rien de surprenant compte tenu de l’incroyable histoire qui est arrivée à cette famille originaire de Saint Nazaire. En louant un logement sur la plateforme, elle s’est en effet retrouvée dans la maison d’une figure néonazie de Barcelone.

Anne-Sophie cherchait une maison dans la campagne barcelonaise pour retrouver des amis sur place. Elle a donc fait ce que font des millions d’autres personnes à travers le globe : elle s’est rendue sur Airbnb et elle a commencé à fouiner dans le catalogue du service pour trouver un logement assez grand pour accueillir toute sa petite famille.

Airbnb nazi

Un couple originaire de Saint Nazaire s’est retrouvé par inadvertance dans une maison appartenant à un néonazi.

Elle a fini par jeter son dévolu sur une maison située dans le village de Vilalba Sassera, à quelques kilomètres de la capitale catalane.

Anne-Sophie avait envie de passer des vacances au calme, mais tout ne s’est pas passé comme prévu

La commune n’est pas très grande et elle comptait ainsi un peu moins de 600 habitants lors du dernier recensement en 2008. Anne-Sophie s’attendait donc à se retrouver au calme, mais tout ne s’est pas vraiment passé comme prévu.

Elle était effectivement en train de prendre son petit-déjeuner en compagnie de son conjoint autour de 7h30 lorsqu’un homme cagoulé et armé d’un fusil d’assaut a fait irruption dans la maison, suivi de près par une dizaine d’hommes tout aussi lourdement armés.

Les deux Français ont rapidement compris que ces hommes se trouvaient du bon côté de la loi et qu’ils recherchaient en réalité le propriétaire des lieux, un homme utilisant le pseudonyme de Rex.

Airbnb a refusé de la dédommager

En rentrant chez eux, Anne-Sophie et son conjoint ont appris par un ami franco-espagnol que ce fameux Rex était en réalité le chef d’un réseau néonazi catalan et qu’il dirigeait une librairie négationniste à Barcelone. Le pire reste à venir, car il avait été condamné à plusieurs reprises à des peines de prison ferme pour avoir fait l’apologie de l’Holocauste et pour avoir édité des ouvrages antisémites.

Anne-Sophie a évidemment écrit à Airbnb pour se plaindre et pour demander un dédommagement. L’entreprise a refusé, en lui répondant que le délai de réclamation (fixé à 24 heures) était dépassé. La bonne nouvelle, c’est qu’elle a tout de même retiré l’annonce de son site afin d’éviter que d’autres internautes ne se retrouvent eux aussi face à des hommes armés.

Mots-clés airbnbinsolite