Ils ont cultivé une patte de rat en laboratoire

Sera-t-il un jour possible de (re)créer des membres humains en éprouvette ? Difficile à dire, mais la dernière prouesse des chercheurs du General Massachussets Hospital de Boston a de quoi faire rêver. Ils sont effectivement parvenus à cultiver une patte de rat en laboratoire à partir de quelques cellules. Fascinant.

Enfin, le procédé est un peu plus compliqué en réalité, et il demande beaucoup de moyens et, surtout, pas mal de patience. Avec un zeste de finesse derrière et vous allez très vite comprendre pourquoi.

Patte de rat

Cette patte de rat a été (re)créée en laboratoire.

Pour créer ce membre, les chercheurs ont commencé par récupérer l’organe et par transplanter toutes ses cellules. Ils l’ont ensuite perfusé avec des détergents pour le nettoyer et pour ne garder que la matrice extracellulaire.

A terme, il sera peut-être possible de remplacer les membres amputés des patients

Si ce terme ne vous inspire rien de particulier, alors sachez qu’il fait référence au ciment intercellulaire et il faut un peu le voir comme un échafaudage soutenant la structure cellulaire.

Envie d’en savoir plus ? Pas de problème, la Wikipédia propose une page entièrement dédiée au sujet. Elle est disponible en suivant ce lien.

Ensuite, nos chercheurs ont réinjecté les cellules cultivées en laboratoire pour coloniser l’organe et pour le reconstruire. Le procédé est loin d’être évident à expliquer mais l’opération a été un véritable succès et ils sont ainsi parvenus à recréer l’organe de toute pièce.

Cela n’a l’air de rien mais cette prouesse pourrait révolutionner le secteur de la prothèse. A terme, il sera peut-être même possible d’utiliser cette technique pour créer des membres de remplacement pour les personnes amputées.

Le risque de rejet devrait d’ailleurs très limité puisque le membre en question sera cultivé à partir des cellules des patients.

Les chercheurs vont poursuivre leurs essais et ils vont bientôt renouveler l’expérience avec une patte de primate. En attendant, on termine avec une courte vidéo présentant le greffon.

Mots-clés biologiegénétique