Ils pensent avoir trouvé un smartphone sur un tableau du 19e siècle

Ferdinand Georg Waldmüller était-il un voyageur dans le temps perdu dans le passé ? Certains semblent le penser. En cause, un étrange tableau sur lequel une femme tient un étrange objet entre ses mains.

Ferdinand Georg Waldmüller est né en 1793 à Vienne, en Autriche. Passionné d’art et de création, il a étudié pendant plusieurs années à l’académie des beaux-arts de sa ville avant de proposer ses services de peintre au plus offrant.

L'Attendue

Il a ensuite réalisé plusieurs portraits pour assurer sa subsistance avant de partir en Croatie pour prendre un poste de professeur d’arts plastiques auprès des enfants du comte Gyulay.

Un tableau qui ne manque pas d’intérêt

L’homme est resté au service du noble pendant trois ans avant de revenir en Autriche et de commencer à travailler sur son oeuvre. Il a signé de nombreux tableaux dans les années suivantes et il a fini par acquérir une certaine notoriété grâce à son style original.

Après avoir dédié toute une série de tableaux à la nature et aux paysages de sa région, Ferdinand Georg Waldmüller a commencé à s’intéresser à la vie des paysans vivant aux alentours de la capitale autrichienne.

L’Attendue s’inscrit dans cette série. Peinte en 1860, la peinture montre une paysanne en train de marcher sur un chemin de terre. Un homme se trouve en contrebas, avec un bouquet de fleurs dans une main. Il semble l’attendre.

Cette toile est connue de longue date, mais elle a récemment refait surface suite à la publication d’un tweet.

L’art, toujours intemporel

Peter A. Russell n’a en effet pas pu s’empêcher de faire un parallèle entre l’attitude de la paysanne et la nôtre. Sur la peinture, la femme donne l’impression d’être totalement déconnectée de la réalité et elle porte ainsi toute son attention sur l’objet tenu entre ses mains, un objet rectangulaire rappelant inévitablement un smartphone.

Ce message n’est pas passé inaperçu et il a ainsi bénéficié d’une belle mise en lumière par les internautes. Certains ont alors commencé à évoquer des théories fantaisistes reposant sur des voyages temporels.

Dans les faits, il est évidemment peu probable que Waldmüller se soit promené à travers un trou de ver pour rendre visite à nos aïeux.

Cela n’enlève cependant rien à l’intérêt du tableau. En réalité, ce parallèle lui donne même plus de corps et il prouve ainsi que l’art sera toujours quelque chose d’intemporel. Quant à cet étrange objet, il semblerait tout simplement qu’il s’agisse d’un livre de cantiques.

Mots-clés insolitepeinture