Ils sont maintenant plus de 600 000 à vouloir fouiller la Zone 51

Facebook fait beaucoup parler de lui depuis quelques jours et cela n’a pour une fois rien à voir avec la manière dont l’entreprise gère les données privées de ses utilisateurs. Si le réseau social fait couler autant d’encre, c’est surtout pour l’étonnante initiative lancée par un de ses utilisateurs.

Ce n’est pas une révélation, mais la Zone 51 occupe une place particulière dans le coeur des ufologues et des adeptes des théories des complots.

La Zone 51 est visible sur Google Maps.

Beaucoup pensent en effet que la base militaire a été fondée afin de permettre à l’US Air Force de travailler sur des technologies extraterrestres.

La Zone 51 passionne toujours les curieux

De son côté, l’armée américaine a déclaré à plusieurs reprises que ce n’était pas le cas et que la base servait principalement à tester de nouveaux équipements militaires top secret. Notamment des avions furtifs comme le très populaire SR-71 Blackbird, pour ne citer que lui, ou encore des drones supersoniques comme le D-21 Tagboard.

En dépit de son apparente bonne foi, l’US Air Force n’a cependant pas fait taire les rumeurs et de nombreux curieux continuent à se rendre sur place avec le secret espoir d’entr’apercevoir des soucoupes volantes, des petits gris ou toute autre preuve de l’existence d’une civilisation extraterrestre.

Seulement voilà, la Zone 51 a beau être très représentée dans la pop culture, elle reste une base militaire et son accès est scrupuleusement interdit à tous les civils. Plus problématique encore, les militaires en poste sont autorisés à procéder à l’arrestation – ou à l’exécution – de toutes les personnes s’introduisant dans son enceinte.

Plus de 600 000 personnes veulent se rendre sur place en septembre

SmyleeKun, un utilisateur de Facebook, a donc eu l’idée de lancer une initiative commune visant à rassembler le plus de personnes dans le Nevada pour ensuite s’introduire dans la base. Il pense en effet que si l’événement attire suffisamment de personnes sur place, alors les militaires n’auront d’autre choix que de laisser rentrer les gens.

Et il semblerait que le projet soit en bonne voie de se réaliser. Alors même que l’événement n’avait suscité l’intérêt que de 160 000 personnes un peu plus tôt dans la semaine, ils sont désormais plus de six cent mille à vouloir se rendre sur place le 20 septembre prochain pour fouiller la base.

Alors bien sûr, il y a très peu de chances que toutes les personnes qui ont répondu présentes sur Facebook fassent réellement le déplacement sur place, mais il suffirait qu’elles soient quelques centaines pour mettre les militaires de la Zone 51 dans une situation particulièrement inconfortable.

Mots-clés facebook