Clicky

Ils testent un essaim de robots sous-marin dans les canaux de Venise

En 2015, un collectif de chercheurs européens est parvenu à développer des robots sous-marins capables de se déplacer en essaim. Baptisées CoCoRo pour Collective Cognitive Robots, les machines ont été mises au point dans le but de suivre en temps réel l’état des fonds marins. Ils sont dotés de plusieurs capteurs qui leur permettent de collecter et d’échanger des données entre eux.

Outre le fait qu’ils se déplacent en essaim, les robots présentent la particularité de travailler en équipe. La flotte est d’ailleurs composée de trois types de machines aux fonctions complémentaires qui se partagent équitablement les tâches pour une collecte de données plus efficace.

CoCoRo

Le 15 septembre 2017, une expérience grandeur nature a été menée dans les canaux de Venise. Aucun détail n’a encore été donné par les scientifiques concernant le résultat des tests.

Trois catégories de robots sous-marins

Pour être plus efficace dans sa tâche, la flotte de robots sous-marins se divise en trois catégories qui ont été respectivement bio-inspirées des nénuphars, des poissons et des moules. Chaque type de dispositif présente des fonctions particulières et indispensables au bon fonctionnement de l’essaim. Ainsi, les robots nénuphars dits « aPad » flottent à la surface de l’eau. Ils se chargent ainsi de capter le degré d’ensoleillement, mais servent aussi de point de rechargement pour les deux autres types.

Les robots poissons baptisés « aFish » sont très rapides et véloces. Ils ont pour mission d’explorer tous les recoins des fonds marins. Ils servent également de messagers pour les robots qui se trouvent au fond de l’eau et ne peuvent recevoir le signal radio provenant de la surface. Il s’agit des robots moules ou « aMussel » qui sont incapables de se déplacer.

Ces derniers intègrent des caméras, thermomètres et capteurs d’analyse qui leur permettent d’analyser les composants chimiques de l’eau, ainsi que celle de la biodiversité alentour.

Pourquoi les canaux de Venise ?

Si les chercheurs ont choisi Venise pour mener à bien leur expérience grandeur nature, c’est parce que les canaux de la ville présentent un univers marin très complexe, parfait pour être exploré et étudié de très près. À cela s’ajoute le fait qu’ils regorgent également de nombreux obstacles, idéal pour tester et éprouver les performances et le travail d’équipe du groupe de robots sous-marins.

La flotte de machines a eu pour mission de récolter des données sur les effets du tourisme de masse et de la navigation intensive sur la biodiversité sous-marine des canaux de Venise. Les scientifiques n’ont pas encore partagé le résultat de leurs tests.

Mots-clés robotiquerobots