Inde : l’existence d’une civilisation disparue révélée par l’art préhistorique ?

Des archéologues viennent de faire une découverte époustouflante dans le Maharashtra, dans l’ouest de l’Inde. Ils ont découvert au sommet d’une colline des milliers de gravures rupestres qui semblent appartenir à une civilisation jusque-là inconnue.

Dans la région de Konkan, dans l’ouest du Maharashtra, des archéologues ont découvert par milliers au sommet d’une colline, des gravures rupestres aussi connues sous le nom de pétroglyphes. La grande partie de ces gravures ont été trouvées dans les régions de Rajapur et de Ratnagiri. Ces dessins gravés sur des sommets rocheux et plats sont pour la plupart demeurés inaperçus pendant des milliers d’années.

Peintures Rupestres

Peintures Rupestres – Image générique.

Des gravures remontant à près de 10 000 ans av. J.-C.

La plupart d’entre eux étaient en effet couverts par des couches de poussière et de boue. Les quelques gravures qui étaient à l’air libre étaient considérées comme saintes et vénérées par les habitants de certaines régions.

En se basant sur la façon dont les pétroglyphes ont été dessinés et leur similitude avec ceux trouvés dans d’autres parties du monde, les experts ont conclu qu’ils ont été vraisemblablement créés à la préhistoire et qu’ils sont probablement parmi les plus anciens jamais découverts. Selon Tejas Garge, directeur du département d’archéologie de l’État du Maharashtra, leur « première déduction de l’examen de ces pétroglyphes est qu’ils ont été créés vers 10 000 ans av. J.-C.« .

Ces gravures rupestres ont également étonné les scientifiques de par leur grande diversité : figures humaines, oiseaux, divers animaux et motifs géométriques sont représentés. Cette découverte exceptionnelle a été faite par un groupe d’explorateurs conduits par Sudhir Risbood et Manoj Marathe, qui se sont investis dans les recherches après avoir observé quelques gravures dans la région. Beaucoup ont également été trouvés dans des temples de village et ont contribué au folklore local.

« Nous avons parcouru des milliers de kilomètres. Les gens ont commencé à nous envoyer des photos et nous avons même enrôlé des écoles pour les retrouver. Nous avons demandé aux élèves de demander à leurs grands-parents et à d’autres anciens du village s’ils connaissaient l’existence d’autres gravures. Cela nous a permis de récolter une mine d’informations précieuses », a confié M. Risbood à la BBC.

Cette recherche intensive a permis de mettre au jour des milliers de pétroglyphes dans et autour de 52 villages de la région. Mais seulement cinq villages connaissaient l’existence même de ces gravures préhistoriques.

Un ancien peuple de chasseurs-cueilleurs

Risbood et Marathe n’ont pas seulement conduit les recherches pour découvrir les pétroglyphes, ils ont également joué un rôle important dans leur documentation et ont fait du lobbying auprès des autorités pour qu’elles s’impliquent dans leur étude et leur préservation. Selon le directeur du département d’archéologie de l’État du Maharashtra, Tejas Garge, les gravures ont probablement été créées par une communauté de chasseurs-cueilleurs qui ne connaissait pas l’agriculture.

« La plupart des pétroglyphes montrent des animaux familiers. Il y a des images de requins et de baleines ainsi que d’amphibiens comme des tortues », explique M. Garge. « Nous n’avons trouvé aucune image d’activités agricoles. Les images représentent plutôt des animaux chassés et il y a aussi des détails sur les formes des animaux. Cet homme en savait donc beaucoup sur les animaux et les créatures de la mer. Cela indique que son alimentation dépendait de la chasse. ».

Le Dr Shrikant Pradhan, chercheur et historien de l’art au Deccan College de Pune (dans l’État indien du Maharashtra), a lui aussi étudié de près les pétroglyphes. Et d’après ses conclusions, cet art était clairement inspiré des choses observées par les gens de l’époque.

Toutefois, une énigme reste à élucider. En effet, certains pétroglyphes représentent des animaux tels que les hippopotames et les rhinocéros qui ne se trouvent pourtant pas dans cette partie de l’Inde. Le peuple qui a fait ces dessins avait-il migré vers l’Inde depuis l’Afrique ? Ou ces animaux ont-ils un jour été présents en Inde ?

Le gouvernement de l’État de Maharashtra a alloué près de 3,2 millions $ pour des recherches plus approfondies sur 400 des pétroglyphes identifiés. Peut être que ces recherches permettront de répondre à certaines de ces questions restées en suspend.

Mots-clés archéologie