Clicky

Instagram a censuré la photo sensuelle d’une utilisatrice

Instagram applique une politique de tolérance zéro en matière de nudité et le service n’hésite ainsi pas à supprimer les contenus allant à l’encontre de ses conditions d’utilisation. Il lui arrive cependant aussi parfois de faire un peu trop de zèle et ce serait précisément le cas ici.

Instagram ne plaisante pas franchement en matière de nudité et il suffit de prendre le temps de se pencher sur les conditions d’utilisation du service pour le réaliser.

Floutage Instagram

Très explicites, ces dernières indiquent notamment que les utilisateurs du service ne sont pas autorisés à publier des photos ou des vidéos dépeignant des scènes de nudité partielles ou totales.

Instagram et la nudité, un mélange explosif

Cette directive vise bien entendu les contenus érotiques ou pornographiques, mais aussi les productions personnelles. Les contenus laissant entrevoir des poitrines féminines et des organes génitaux sont donc formellement interdits sur le service.

Lorsqu’un utilisateur de la plateforme tombe sur un contenu inadapté, il a la possibilité de le signaler par le biais d’un bouton présent dans un menu accessible en un clic. Un simple clic suffit à générer une alerte chez les modérateurs du service et à lancer un examen manuel.

Corazon Kwamboka est originaire du Kenya, où elle travaille comme avocate pour la Cour suprême. Très présente sur les réseaux sociaux, elle a su fédérer une importante communauté autour de sa personne et elle est ainsi suivie par un peu plus de trois cent mille abonnés sur la plateforme.

Figure forte du body positivism, Corazon n’hésite pas à mettre en valeur ses formes et ses rondeurs sur les photos et les vidéos partagées sur le service, mais elle ne se limite pas uniquement à ce genre de contenus.

Elle utilise aussi son compte pour partager les nombreuses photos prises durant ses voyages.

Une photo supprimée sans raison ?

La semaine dernière, Corazon a publié une photo la montrant en train de poser avec son petit ami sur une plage quelconque. L’image montrait l’avocate sans son haut de maillot de bain, un sein caché dans la main de son partenaire et l’autre situé en dehors du champ de la caméra.

Les critiques ont rapidement fusé et de nombreux internautes ont ainsi reproché à l’avocate de verser dans l’obscénité, certains allant même jusqu’à l’attaquer sur la couleur de peau de son compagnon en lui conseillant de sortir plutôt avec des hommes noirs.

Plusieurs de ses détracteurs ont signalé la photo incriminée et cette dernière a ensuite disparu de la plateforme. Corazon, de son côté, a reçu une notification de la part de l’entreprise, une notification l’informant en substance que sa photo allait à l’encontre des conditions d’utilisation fixées par l’entreprise.

Loin de se laisser faire, la plantureuse avocate kenyane a publié de nouveau la photo. Elle s’est également engagée à la republier à chaque fois qu’elle sera supprimée, ce qui risque cependant de lui valoir d’autres soucis.

Instagram n’est effectivement pas réputé pour sa patience et les utilisateurs récidivistes s’exposent ainsi à voir leur compte supprimé.

En attendant, Corazon Kwanboka est toujours présente sur Instagram, mais son compte est passé en privé.

Mots-clés instagram

David

Passionné, colérique, humain.