Clicky

Instagram : des collages étrange mêlant la pornographie à l’architecture

Scientwehst a deux grandes passions dans la vie : la pornographie et l’architecture. Il a eu l’idée d’allier le meilleur des deux mondes au travers de collages totalement invraisemblables… et extrêmement amusants.

Instagram, comme chacun le sait, applique des conditions strictes en matière de nudité, d’érotisme ou encore de pornographie. Les utilisateurs n’ont effectivement pas le droit de publier des photos ou des vidéos sur lesquelles se trouvent des organes génitaux apparents.

Instagram Porno - Architecture

Cela vaut évidemment pour les pénis ou les vulves, mais également pour les mamelons féminins.

Entre porno et architecture

Les personnes contrevenantes à ces règles s’exposent à de lourdes sanctions pouvant aller de la suppression de la publication concernée à la suspension pure et simple de leur compte.

Giulia en avait un peu marre de cette censure omniprésente et cette artiste originaire de Brooklyn a donc eu une idée plutôt originale : réaliser des collages en mêlant des photos hautement pornographiques à des monuments et des créations architecturales.

Pour se faire, elle utilise toujours la même technique et elle commence ainsi par parcourir la toile à la recherche de photos épicées.

Lorsqu’elle trouve une image intéressante, elle la met de côté et elle remet ensuite le couvert en cherchant une autre photo capable de masquer les organes génitaux présents sur la première image sans pour autant la dénaturer complètement. Les pénis se transforment alors en tours ou en passerelles et le sexe féminin devient le dôme d’une chapelle.

Bien sûr, son travail n’est pas passé totalement inaperçu sur la plateforme et Giulia a dû faire face à de vives critiques par le passé. Beaucoup de gens lui reprochent en effet de pervertir l’image de la plateforme.

Des montages très épicés

L’artiste ne voit pas les choses de la même manière pour sa part.

Comme elle l’explique dans l’interview donnée à HighsNobiety, elle s’est toujours sentie très complexée en raison de ses rondeurs et elle a mis beaucoup de temps avant d’accepter son corps de femme.

Se faisant, Giulia s’est aussi de plus en plus intéressé à notre rapport au sexe et ces fameux collèges sont une manière pour elle de montrer que le corps ne devrait pas faire l’objet d’une telle censure sur les réseaux sociaux et toutes les autres plateformes du même genre.

Une censure à laquelle elle a été confrontée à plusieurs reprises depuis la création de son compte Instagram. Les modérateurs ont en effet supprimé plusieurs de ses publications par le passé et ils ont même suspendu son compte à un moment… avant de lever l’interdiction.

Mots-clés instagram

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.