Instagram : des séquences sexuelles ont été diffusées dans la section des lives

Le week-end dernier, d’après AdAge, la pornographie s’est infiltrée dans la section lives d’Instagram, la filiale de Facebook. Certains utilisateurs de la plateforme ont ainsi été involontairement exposés à des séquences de shows sexuels en direct. D’après la société, l’apparition de ces contenus explicites aurait été provoquée par un spam. Elle serait actuellement en train d’améliorer son système de sécurité pour prévenir ce type d’attaque.

Pour rappel, la section en direct de l’application Instagram est appelée Explore. C’est la fonctionnalité qui permet aux abonnés de découvrir d’autres personnes sur la plateforme de photographie.  C’est également l’interface où sont affichés les comptes des utilisateurs, des marques et des éditeurs.

Floutage Instagram

Dimanche soir, plus de sept comptes de partage de contenu à caractère sexuel se sont affichés sur Explore. Parmi les séquences intruses, au moins une montrait la scène d’une relation sexuelle orale d’un couple.

Une cause commune aux réseaux sociaux

« Nous sommes déçus et désolés que cela soit arrivé », s’est excusé Beth Gautier, porte-parole d’Instagram, dans un communiqué. Elle a tenu à préciser que le groupe prend au sérieux « la qualité du contenu sur Instagram et les spams, les comportements inauthentiques et autres comportements abusifs.».  « Lorsque nous détectons une activité violatrice, nous travaillons à la contrer et à la prévenir, y compris en bloquant les comptes », a-t-elle ajouté.

Depuis qu’elles existent, Facebook et Instagram essaient de corriger les failles pouvant remettre en cause leur fiabilité aux yeux du public. À vrai dire, les firmes de Mark Zuckerberg ne sont pas les seules à faire face à ce genre de problème. Il s’agit d’une lutte perpétuelle commune à tous les réseaux sociaux.

Il n’y a pas longtemps, YouTube a été boycotté par des gouvernements et de grandes sociétés, car des publicités précédaient des vidéos dérangeantes.

Aucun endroit sûr

Andrea Ching est la CMO d’OpenSlate, une start-up spécialisée dans la sécurité des marques sur YouTube. «Toute personne faisant de la publicité dans un environnement de médias sociaux est consciente du contenu et du contexte, où il peut y avoir des problèmes d’image de marque», a-t-elle rappelé.

Le fait est que personne n’est à l’abri sur le web. « Vous n’allez jamais trouver un endroit sûr à 100% », a déclaré un responsable de la société. « Il faut juste de la transparence, savoir où une annonce finit par tourner et donner aux marques la possibilité de voir ça », a-t-il conseillé.

Mots-clés instagram