Instagram : une pom pom girl a perdu son emploi à cause d’une simple photo

Le 23 mars 2018, Bailey Davis a déposé une plainte auprès de l’Equal Employment Opportunity Commission (EEOC) aux USA contre son ancien employeur, les New Orleans Saints, une franchise de la National Football League (NFL).

Elle accuse la franchise de discrimination de genre en raison de leurs règles régissant le code de conduite, qui diffèrent pour les joueurs de football et les pom-pom girls.

Cheerleaders

Des règles strictes pour les pom-pom girls de la NFL

L’affaire Bailey Davis a été détaillée dans un article du New York Times. Il dit qu’elle a été virée après avoir posté une photo d’elle sur son compte Instagram privé. Sur la photo elle apparaît avec une tenue que les Saints de New Orleans ont considérée comme violant les règles de l’équipe qui interdisent aux pom-pom girls d’apparaître nues, dénudées ou en lingerie.

Le Times a également déclaré que l’équipe de football américain enquêtait pour savoir si elle avait assisté à une fête organisée par des joueurs des Saints – une autre violation des règles que Davis conteste.

La plainte déposée auprès de l’EEOC indique que l’équipe a deux séries de règles distinctes : une pour les cheerleaders, qui sont toutes des femmes; et une autre pour les joueurs.

Pas d’interdictions pour les joueurs

Selon le rapport, la politique anti-fraternisation des Saints exige que les pom-pom girls évitent tout contact avec les joueurs, en personne ou en ligne, même si les joueurs eux ne sont pas pénalisés s’ils font la même chose. Les pom-pom girls doivent empêcher les joueurs de les suivre sur les médias sociaux et ne peuvent pas publier des photos d’elles dans les vêtements de l’équipe. Les mêmes règles ne s’appliquent pas aux joueurs, selon le rapport.

« Si les pom-pom girls ne peuvent pas contacter les joueurs, alors les joueurs ne devraient pas être en mesure de contacter les pom-pom girls », a déclaré Sara Blackwell, l’avocate de Davis. « Le stéréotype archaïque des femmes ayant besoin de se cacher pour leur propre protection n’est pas autorisé en Amérique et certainement pas sur le lieu de travail. »

Les New Orleans Saints se défendent

Un avocat de l’équipe a déclaré dans un email adressé au Times que Davis n’était pas victime de discrimination sexuelle. « L’organisation des Saints s’efforce de traiter tous les employés équitablement, y compris Mme Davis », a déclaré Leslie A. Lanusse, un des avocats qui représente les Saints.

« Au moment opportun et dans le cadre approprié, les Saints défendront les politiques et les règles de travail de l’organisation. Pour l’instant, il est suffisant de dire que Mme Davis n’a pas fait l’objet de discrimination en raison de son sexe. », dit-t-elle.

Mots-clés instagram