Installer et configurer Tor sur Mac OS

Le web est de plus en plus observé, épluché, scruté par les industries, par les lobbies, par les gouvernements et c’est la raison pour laquelle il convient de prendre des mesures afin de se protéger. Il y a quelques temps, nous nous sommes justement intéressés à la configuration d’un VPN sur Mac OS et sur Windows, le temps est désormais venu de nous concentrer sur une autre technologie très en vogue en ce moment, à savoir Tor. Et justement, dans cet article, nous allons voir comment installer et configurer Tor sur Mac OS.

Installer et configurer Tor sur Mac OS

Tor, présentation de la technologie

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, nous allons prendre le temps d’expliquer en quelques mots le fonctionnement de Tor. Très concrètement, ce qui se cache derrière cette mystérieuse appellation, c’est un réseau mondial, décentralisé et constitué de plusieurs routeurs organisés en couches successives. L’objectif du système, c’est de rendre anonymes tous les paquets TCP qui circulent sur le réseau et donc de protéger les internautes de toutes ces instances qui s’intéressent à l’utilisation qu’ils font du web.

Pour essayer de schématiser la chose, lorsque vous surfez depuis Tor, vous allez passer par une succession de « noeuds », des « noeuds » qui fonctionnent comme des relais. On rebondit donc de relais en relais avant d’arriver au site que l’on souhaite afficher dans notre navigateur.

Installer Tor sur Mac OS

L’installation de Tor sur Mac OS n’a rien de très compliqué. On peut même dire que la procédure à suivre est vraiment très simple. Si vous avez l’habitude d’installer des logiciels sur votre Mac, autant dire que vous n’aurez aucun mal à installer Tor. Pour parvenir à vos fins, suivez simplement les étapes suivantes :

(*) : Il faut savoir que Tor est disponible en plusieurs packs différents. Le pack « Top Browser Bundle » va regrouper tout ce dont vous aurez besoin pour utiliser la solution, ce qui comprend également un Firefox configuré par l’équipe. Les utilisateurs avertis, quant à eux, pourront opter pour un autre pack s’ils le désirent. Chaque pack étant accompagné d’une description assez claire, je vous invite à vous reporter à cette dernière pour en apprendre davantage à leur sujet. En ce qui nous concerne, nous allons partir sur la solution la plus simple à mettre en place, à savoir le « Top Browser Bundle ». Notez que ce pack regroupe plusieurs outils comme Tor, TorButton, Privoxy et Vidalia.

Comme vous pouvez le voir, l’installation de Tor ne pose pas vraiment de problème. On ne manquera d’ailleurs pas de féliciter l’équipe en charge du projet pour son excellent travail. N’importe quel néophyte sera effectivement en mesure d’utiliser cette solution et autant dire que c’est un atout de poids.

Configurer Tor sur Mac OS

Dans la plupart des cas, vous n’aurez pas besoin de configurer Tor pour l’utiliser. En effet, pour profiter de la technologie, il vous suffira de vous rendre dans le dossier « Applications », de cliquer sur « TorBrowser_fr » et d’attendre gentiment que l’utilitaire de Vidalia démarre. Quelques secondes plus tard, c’est Firefox qui apparaître sous vos yeux ébahis. Oui, mais un Firefox optimisé spécialement pour le réseau en oignons.

Toutefois, sachez qu’il est parfaitement possible de profiter de la solution sur d’autres navigateurs. Si vous voulez configurer Tor sur votre propre Firefox, il vous suffira d’installer une extension spécifique qui s’appelle « TorButton ». Cette dernière peut être téléchargée à cette adresse. Notez toutefois que l’équipe en charge du développement de la solution déconseille fortement son utilisation, il est effectivement recommandé de rester tranquillement sur le Firefox intégré au « Top Browser Bundle » mais c’est vous qui voyez.

Et si vous souhaitez en profiter sur Chrome ou sur Chromium, alors vous devrez utiliser une autre extension du nom de « Proxy Anywhere ». Attention toutefois car il faudra ensuite configurer cette dernière pour que tout soit dans les clous. Pour se faire, suivez simplement les étapes suivantes :

  • Télécharger et installer Proxy Anywhere.
  • Une page de configuration s’ouvre dans un nouvel onglet.
  • Sélectionner « sock5″ dans « Protocol ».
  • Saisir « localhost » dans « Host ».
  • Saisir « 9050 » dans « Port ».
  • Cliquer sur le bouton « Save ».
  • Cliquer ensuite sur l’icône de l’extension pour activer Tor.

Pour vous assurer que tout est correctement paramétré, il vous suffit de vous rendre à cette adresse : https://check.torproject.org/?lang=fr. Si tout est okay, un joli message en vert pour informera de la situation. En revanche, si vous rencontrez des problèmes de connexion, alors sachez que cela peut venir de plusieurs choses comme du port utilisé ou encore d’un blocage au niveau d’un parefeu. Dans ce cas, il faudra vous rendre dans les paramètres de Vidalia. L’onglet « Réseau » vous permettra de configurer l’outil pour qu’il fonctionne derrière un parefeu tandis que l’onglet « Avancé » vous donnera la possibilité de changer le port utilisé par la solution.

Contribuer à Tor

Cet article touche à sa fin mais on ne peut pas parler de Tor sans évoquer la possibilité de contribuer au projet. En effet, le fonctionnement de Tor repose avant tout sur ses utilisateurs, des utilisateurs qui acceptent de servir de relai et d’offrir ainsi une petite partie de leur bande passante à la solution. Si vous souhaitez rejoindre l’aventure, sachez que c’est parfaitement possible. Toujours dans les options de Vidalia, vous trouverez un onglet « Partage » qui vous donnera la possibilité de relayer vous aussi le trafic du réseau. Pour se faire, il vous suffira de cocher l’option adéquate.

Et voilà. J’ai sans doute oublié pas mal de choses, c’est vrai, alors si vous avez des suggestions ou des compléments à apporter, il ne faut pas hésiter.

Dans de prochains articles, nous verrons comment installer et configurer Tor sur Windows, mais aussi comment en profiter sur certaines plateformes mobiles. Cet article sera mis à jour lorsque mes autres billets seront publiés.

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.