Intel présente un modem 5G, il pourrait équiper les iPhone de 2020

La 5G commence à faire son entrée officielle chez Intel. Le fondeur de Santa Clara a profité de cette mi-novembre pour présenter, lundi 12, une puce modem 5G – sobrement baptisée XMM 8160 -, capable d’atteindre un débit maximal de 6 Gb/s. Cette annonce, qui permet à Intel de s’aligner sur la concurrence, tombe à point nommé sur un marché qui va commencer à devenir très demandeur en puces 5G. Parmi les potentiels clients d’Intel, Apple. La firme à la pomme, qui est toujours en forte mésentente avec Qualcomm, pourrait faire bon usage de modems fabriqués par Intel pour ses iPhone cuvée 2020.

Autre domaine d’application à court terme pour Intel, le marché croissant des Always Connected PC. Très à la mode depuis le début de l’année, ces appareils nomades, capables de rester connectés en permanence grâce au réseau cellulaire, ont tout à gagner à passer à la vitesse supérieure en termes de débits. Difficile en effet de les imaginer rester campés sur des puces 4G très longtemps.

Avec son XMM 8160, Intel se dote d’un modem 5G capable d’atteindre un débit de 6 Gb/s. Il pourrait en outre donner un sérieux coup de fouet aux Always Connected PC… et intéresser Apple pour ses iPhone cuvée 2020.

Comme Qualcomm et Samsung avec leurs propres puces 5G (les Snapdragon X50 et Exynos 5100 respectifs), Intel cherche à faire de son XMM 8160 un modem 5G polyvalent. Ainsi, au delà d’une vitesse de transfert très respectable, de la (traditionnelle) prise en charge des réseaux mobiles 4G, 3G et 2G et d’un support des ondes millimétriques, la puce d’Intel est également compatible à la fois avec la true 5G (sur laquelle les opérateurs travaillent, et que l’on devrait voir se développer sur les territoires à l’horizon 2020), et la 5G « tronquée » exploitant dans les faits un réseau 4G (une technologie dont on devra se contenter dans un premier temps).

La rude concurrence de Qualcomm, compensée par l’apparent soutien d’Apple

Avec le XMM 8160, Intel devra cependant jouer des coudes pour parvenir à se faire une place au soleil sur un marché dès à présent occupé par Qualcomm. Le fabricant des célèbres Snapdragon, très confortablement installé dans le domaine de la mobilité et du smartphone, a d’ores et déjà annoncé un partenariat étendu avec de nombreux constructeurs sur le secteur de la 5G. Les futurs smartphones des Chinois Xiaomi, Oppo, OnePlus, des Coréens LG et Samsung, mais aussi ceux de Nokia et Sony se verront ainsi équipés en modems 5G issus des chaînes de production de Qualcomm.

C’est donc vis-à-vis d’Apple, notamment, qu’Intel a une carte à jouer. Comme évoqué plus haut, le divorce entre la firme de Cupertino et Qualcomm étant plus que consumé, le fondeur de Santa Clara se retrouve sans véritable concurrence et pourrait ainsi équiper l’ensemble des iPhone lancés à l’horizon 2020. Le domaine des PC Always connected pourrait aussi être porteur pour Intel, mais plus modérément, Qualcomm étant très décidé à s’y positionner autant que possible. D’autant plus qu’au travers de ses prochains SoC Snapdragon la marque de San Diego aura également de quoi concurrencer Intel sur le terrain des processeurs à faible TDP.

Mots-clés 5Ginteliphone