Clicky

Interdiction des voitures à énergie fossile, Pékin suit Paris et Londres

D’ici 2040, les voitures à essence et diesel ne circuleront probablement plus dans l’Empire du Milieu. En tout cas, c’est ce que laisse entendre le discours de Xin Guobin le 9 septembre 2017 lors d’un forum automobile qui a eu lieu à Tianjin. Le vice-ministre de l’Industrie chinois a en effet précisé que le gouvernement serait en train d’établir un calendrier afin de mettre en place ce nouveau système.

La prise d’une telle mesure permettrait en fait de réduire la pollution de l’air qui provoque la suffocation de plus de 4400 personnes chaque jour en Chine. En plus de cela, elle encouragera également les constructeurs chinois à s’investir davantage dans le marché de la voiture propre.

Pollution voiture

La France et le Royaume-Uni ont déjà fait part de la même intention il y a quelques semaines.

Des quotas à respecter

Bien que la Chine accapare la part majoritaire du marché automobile dans le monde, le défi qu’elle se fixe reste immense.

L’année dernière, les voitures électriques ne représentaient en effet qu’une infime partie de son parc automobile, soit 1,7 %, de la totalité des ventes dans les statistiques.

Pour augmenter ce chiffre, le gouvernement chinois envisage de mettre en place un système de quota que les constructeurs devront atteindre. L’idée serait d’inciter les fabricants à vendre plus de « véhicules propres » que l’année précédente. Cette politique sera appliquée dès l’année prochaine.

Impact sur les constructeurs occidentaux

L’enjeu que présente ce projet n’est pas uniquement local. Il aura également des répercussions sur le plan international. Les acteurs occidentaux qui exportent leurs véhicules en Chine en sont déjà conscients. Actuellement, plusieurs d’entre eux sont en quête de nouveaux concepts en privilégiant les offres en « voiture verte ».

Volkswagen, par exemple, a déclaré avoir conclu une coentreprise afin d’augmenter la production et atteindre ainsi les quotas imposés par le gouvernement chinois. General Motors, quant à lui, envisage de créer au moins dix modèles de voiture électrique jusqu’en 2020. De même pour Ford qui travaille déjà sur un véhicule hybride et compte le lancer dès le début de l’année prochaine.

Il est indéniable que cette décision prise par le régime chinois va entraîner un changement radical dans le monde de l’automobile.

L’ère des carburants fossiles va certainement être révolue pour faire place à un tout autre type d’énergie.

Share this post

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !