Clicky

Internet Explorer 8, 9 et 10  ne seront bientôt plus supportés par Microsoft

Microsoft en parle depuis quelques mois mais certains d’entre vous sont peut-être passés à côté de cette information. L’entreprise ne supportera plus les anciennes versions de son navigateur dès le 12 janvier prochain et cette mesure concerne Internet Explorer 8, 9 et 10. Si vous utilisez une de ces versions, il sera donc préférable de la mettre à jour ou d’utiliser un autre logiciel.

A partir de cette date, Microsoft se concentrera sur les versions les plus récentes de son navigateur et seules les versions supérieures à la 11 bénéficieront des mises à jour et des correctifs de sécurité de l’éditeur.

Fin support IE

Les anciennes versions d’IE ne seront plus supportées à partir de la semaine prochaine.

Les anciennes versions d’Internet Explorer resteront totalement fonctionnelles et les internautes pourront continuer à les utiliser mais ce sera à leurs risques et périls.

Les anciennes versions d’Internet Explorer resteront fonctionnelles mais il sera tout de même préférable de les mettre à jour

Elles seront effectivement plus vulnérables aux attaques puisque leurs failles ne seront plus corrigées. La firme conseille donc à ses utilisateurs de passer sur la version 11 ou de migrer directement sur Microsoft Edge s’ils en ont la possibilité.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, beaucoup de gens utilisent encore les anciennes versions du navigateur. Selon Net Market Share, Internet Explorer 10 détiendrait ainsi 4,18% de parts de marché, contre 6,67% pour la neuvième version et 8,95% pour la huitième.

A elles trois, elles totalisent donc 19,8% de parts de marché et cela représente des millions d’utilisateurs à travers le monde.

L’arrêt du support de ces versions est problématique pour le particulier mais il l’est encore plus pour les entreprises, et notamment pour celles qui utilisent des progiciels uniquement compatibles avec les anciennes versions du navigateur.

Il faut donc espérer que tous les DSI ont pris les devants. Les failles des navigateurs peuvent effectivement être utilisées pour diffuser des malwares et des virus et elles comportent par conséquent de nombreux risques pour les données des utilisateurs.

D’après une étude publiée au début de l’année, le coût des pertes de données intervenues dans les entreprises françaises en 2014 serait évalué à un peu plus de 30 milliards d’euros. A l’échelle mondiale, la facture se monterait à 754 milliards de dollars.

Share this post

David Eisenberg

Passionné, colérique, humain.