Interview d’Aurélien Guihéneuf

Si les CV vidéo tendent à se répandre de plus en plus, appuyés notamment par des plateformes telles que YouTube ou Dailymotion, les CV audio ne sont pas non plus en reste. Pour en savoir un peu plus, j’ai ainsi donc « rencontré » virtuellement Aurélien Guihéneuf, l’un des instigateurs de ce concept pour le moins novateur… Et forcément, j’en au profité pour lui poser quelques questions histoire d’y voir un peu plus clair sur son projet, et sur son impact auprès des recruteurs.

Interview d’Aurélien Guihéneuf

Fred : Avant tout, merci de me donner l’occasion de te poser quelques questions. Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Aurélien : Merci à toi de t’intéresser à mon cas ! Eh bien la situation est simple, je m’appelle Aurélien Guihéneuf et je suis passionné de musique (et d’art plus largement). Je suis également diplômé d’une Ecole de Communication (Sciencescom à Nantes). Le couple des deux m’a naturellement amené à me diriger vers des postes de communication-marketing, dans l’industrie musicale. J’ai quelques expériences (stage de Chargé de Promotion Musicale TV/Radio chez Lagardère Active et depuis février Attaché de Presse indépendant pour les soirées mensuelles Sabotage Rock Party à Paris-Elysée Montmartre), mais cela ne pèse pas assez lourd dans mon CV pour que mes candidatures surpassent mes concurrents expérimentés sur un poste… Voilà la problématique principale à laquelle je suis confronté depuis que je cherche un emploi.

Fred : Le CV audio est un concept plutôt original. Alors, forcément, pourrais-tu nous dire comment t’est venue cette idée ? Est-ce que tu avais du mal à trouver un boulot ou as-tu juste eu envie de te démarquer de la concurrence ?

Aurélien : Je suis effectivement confronté à de nombreuses difficultés dans ma recherche de travail : pas beaucoup d’expériences, et très peu de places sur le marché. Ce qui compte dans ce cas, ce sont évidemment mes compétences, mais surtout ma motivation, ma détermination, ma personnalité. Ce sont les paramètres qui peuvent faire la différence et combler certains manques sur mon CV. Je dois donc déployer de nombreux efforts pour pouvoir faire en sorte qu’un employeur potentiel (maison de disques, touneur, média…) puisse se pencher sur mon cas et me proposer ne serait-ce qu’un entretien. C’est en partant de ce constat que j’ai commencé à vouloir trouver une idée qui puisse me démarquer et donner envie aux recruteurs potentiels de me rencontrer. J’en ai discuté avec une amie, Marie BRETON, qui était un peu dans le même cas que moi. Elle a voulu se créer un CV Vidéo ; j’ai réfléchi et je me suis dit qu’un CV Audio correspondait complètement à mon profil : original (je crois que ça n’existe pas encore les CV Audio ?!), en phase avec mon envie de travailler dans la musique. J’ai donc enregistré ce CV en format mp3 pour pouvoir l’envoyer dans mes candidatures, en plus de mon CV et d’une lettre de motivation basiques. J’ai en plus ajouté ce CV Audio sur YouTube (du coup forcément avec une vidéo, que j’ai voulue peu attractive pour éviter qu’elle cannibalise l’aspect exclusivement sonore du CV Audio), afin de créer un petit buzz et peut-être arriver jusqu’aux oreilles d’employeurs potentiels ! Tout simplement… :)

Fred : Quelles ont été les retombées de ton initiative ? L’expérience a-t-elle été concluante ?

Aurélien : Pour le moment (ça fait 3 jours) quelques blogs commencent, comme toi, à parler de mon CV donc je ne calcule évidemment pas encore les retombées. Mais l’expérience sera, je l’espère, concluante ; j’ai en général de bons avis sur mon initiative. Certaines personnes cependant prennent mon CV Audio pour un CV Vidéo et critiquent la qualité ou la pertinence de ma vidéo sur YouTube. D’autres déplorent un manque d’informations sur mes expériences, mais c’est justement à cela que sert le CV Audio : intriguer, interpeller, afin d’être contacté grâce à l’adresse « aurelienfaitparler@gmail.com » que j’ai créée pour l’occasion.

Fred : On en parle assez sur le Net, le CV multimédia commence à fleurir un peu partout. Alors justement, penses-tu que le CV traditionnel a encore sa place sur le marché du travail ?

Aurélien : Bien sûr que oui ! Le CV traditionnel ne pourra jamais être remplacé par un CV Multimédia. Il explique beaucoup de choses, en détail, que l’on ne pourrait pas expliquer dans un CV Audio ou Vidéo (à moins d’en faire un long métrage ;-) ). Par contre, je pense que le CV Multimédia est en quelque sorte un remplaçant, ou du moins un bon complément, de la lettre de motivation (qui d’ ailleurs est souvent lue en diagonale par les recruteurs). C’est donc comme cela que je vois les candidatures de demain : un CV matérialisé, formel (CV papier, PDF, word…) et un CV dématérialisé, plus informel, qui en dit beaucoup plus sur la personnalité et la motivation du candidat. Je dois préciser malgré tout qu’un CV Multimédia doit exister quand il est vraiment en phase avec ce que cherche et prétend le candidat, sinon il n’est pas pertinent du tout et pourra pénaliser une candidature… Le CV Multimédia est aujourd’hui « la cerise sur le gâteau » dans une candidature. C’est pourquoi il est bon d’être un précurseur dans ce type de démarche, et ne pas trop attendre que les CV Multimédia soient banalisés… Avis aux hésitants.

Fred : Juste comme ça, as-tu trafiqué ta voix sur l’enregistrement ou est-ce que tu chantes vraiment bien ? Parce que j’ai eu beau essayer à plusieurs reprises, ça ne rend pas pareil :)

Aurélien : Merci pour le compliment car en effet c’est vraiment moi qui chante (et qui parle), non je n’ai pas trafiqué ma voix, j’en ai juste fait plusieurs (des chœurs, des effets, je me suis bien amusé !). Par ailleurs, je ne suis pas seulement passionné de musique, je suis aussi auteur-compositeur-interprète (Tim Aidjy, dans un style que j’essaie d’inventer : le Rock à l’esprit House) ! Pour les curieux j’ai des compos sur : www.myspace.com/timaidjy ;-) mais ça c’est un autre sujet !

Fred : Du coup, peux-tu nous dire quel matériel tu as utilisé pour réaliser ton CV ? Et à quand un clip, comme ce qu’on a pu voir du côté de Marie Breton ?

Aurélien : J’ai utilisé un logiciel de mon Mac : GarageBand, assez basique mais très pratique et très utile. Quant au clip éh bien comme je l’ai dit, je ne souhaite pas que mon CV Audio soit confondu avec une CV Vidéo. Mon CV est sonore, c’est ce qui fait son originalité et sa pertinence avec mon profil donc je ne souhaite pas en faire une vidéo… Mais cela dit les CV Vidéo sont une très bonne idée également quand ils sont bien faits (voir celui de Marie BRETON en effet… j’ai participé à sa conception et sa réalisation donc je ne peux que je soutenir !).

Fred : En passant, et parce que le sujet m’intéresse, que pense un professionnel du milieu des fameuses DRM apposées sur la plupart des « échantillons » musicaux ? Et pour aller un peu plus loin, que penses-tu de l’initiative de certaines plateformes musicales qui proposent justement des titres sans protection ?

Aurélien : Le sujet est très piquant ! Mais il va bien falloir trouver une solution. Certains protagonistes de l’industrie musicale se plaignent de ne plus gagner autant d’argent qu’il y a 10 ans sur les titres vendus, mais je pense que le marché et les technologies ont évolué bien plus vite que les idées des maisons de disques. Aujourd’hui, les consommateurs ont pris de nouvelles habitudes, et je pense que leur imposer les DRM risque d’être très peu bénéfique pour l’industrie du disque. En effet, si je me positionne en tant que consommateur, quitte à payer pour télécharger, je préfère le faire pour un titre sans protection, que je peux copier autant de fois que je veux sur mon lecteur mp3 et sur d’autres supports, qui m’appartient pour de bon. A quoi bon dépenser de l’argent pour un produit que l’on ne peut même pas utiliser à son gré alors que l’on peut tout télécharger gratuitement ? Je pense que ce ne sont pas les DRM qui vont améliorer les habitudes de consommation de la musique. Certes, les fichiers sans DRM peuvent s’échanger à volonté mais les fichiers trop protégés bloquent et repoussent le consommateur. Ce sont les habitudes que nous devons d’abord changer. Cependant, à présent chaque maison de disque choisit son mode de fonctionnement en termes de DRM ; chaque stratégie est discutable, plus ou moins pertinente mais toujours réfléchie ; on verra dans quelques années qui sortira son épingle du jeu.

Fred : Et pour finir, aurais-tu quelque chose à ajouter ?

Aurélien : Oui, un mot : MERCI pour ton soutien et ton intérêt sur mon initiative. Je te tiendrai bien évidemment au courant de l’avancée des choses. A très bientôt, au plaisir.

Vous l’aurez compris, Aurélien a beaucoup d’idées et on lui souhaite sincèrement de trouver une entreprise qui le mérite. Pour ceux que ça intéressent, vous pouvez trouver le CV vidéo de Marie Breton à cet endroit et celui d’Aurélien juste en dessus. Et au passage, Aurélien, merci à toi, tu m’as permis d’inaugurer cette nouvelle rubrique :)

Crédits PhotoArnfinnChristensen