Clicky

Invité à la Maison Blanche, Tim Cook s’est expliqué avec Donald Trump

Tim Cook, le CEO d’Apple, a eu l’occasion de discuter de vive voix avec Donald Trump fin avril, apprend-on de Bloomberg. Récemment interviewé par David Rubenstein, le dirigeant de la firme de Cupertino a indiqué s’être expliqué avec le président sur certains sujets houleux, dont l’épineuse question des « Tarrifs », ces taxes que l’administration Trump souhaite imposer aux relations commerciales entre les États-Unis et la Chine.

Usant de toutes ses facultés de pédagogue, le chef d’entreprise aurait pris soin d’expliquer, chiffres à l’appui, en quoi cette mesure nuirait à l’économie américaine. Les deux hommes auraient également échangé sur d’autres sujets d’actualité et notamment sur la situation des migrants sans papiers surnommés ‘Dreamers‘. « Nous sommes ici à une décision près d’une situation catastrophique » a notamment déclaré Tim Cook, toujours auprès de David Rubenstein.

Invité à la Maison-Blanche fin avril, Tim Cook, le patron d’Apple, s’est entretenu avec Donald Trump. Un échange franc, visiblement marqué par la pédagogie du chef d’entreprise.

Comme le rappelle Bloomberg, l’administration Trump a jusqu’ici échoué à remplacer efficacement le Deferred Action for Childhood Arrivals program mis en place par le gouvernement de Barack Obama à l’égard des personnes sans papiers, arrivées aux États-Unis étant enfants. Sortant un peu de son domaine de prédilection, Tim Cook a indiqué avoir demandé à Donald Trump de trouver une solution à ce problème de société latent.

Les ‘Tarrifs‘ une fausse bonne idée pour l’économie américaine (et pour Apple) ?

Le gros des échanges entre Donald Trump et Tim Cook aurait toutefois porté sur des sujets concernant Apple en premier lieu. En tête, la question des Tarrifs, que nous avons évoquée plus haut. Ces mesures sanctions à l’égard de la Chine pourraient, selon le patron d’Apple, générer un fâcheux retour de flamme pour l’économie américaine… et avoir des conséquences déplaisantes pour les affaires de la marque à la pomme.

Elles viseraient notamment à taxer au moins 1300 produits d’export chinois en guise de représailles pour de prétendus vols de propriété intellectuelle.

« Il est vrai, indiscutablement vrai, que [les Tarrifs] ne bénéficieront pas à tout le monde – que ce soit aux États-Unis ou en Chine – et nous devons travailler là dessus » a estimé Tim Cook lors de son interview. « Je pensais que les Tarrifs n’étaient pas la bonne approche dans le cas présent, et je lui ai montré des documents analytiques pour démontrer pourquoi » a ajouté l’intéressé en évoquant sa dernière visite au bureau ovale.

Il faut dire qu’en freinant des quatre fers vis-à-vis de cette taxe, Tim Cook défend aussi ses propres intérêts. Depuis son arrivée à la tête d’Apple en 2011, l’Empire du Milieu est devenu l’un des principaux marchés pour le géant californien. Lors du troisième trimestre 2017, les ventes de produits en Chine ont ainsi rapporté pas moins de 18 milliards de dollars à Apple. De quoi rapprocher les bénéfices chinois des sommes récoltées par la marque sur son propre sol (35 milliards de dollars encaissés sur le Q4 2017 aux États-Unis).

D’un point de vue purement pécuniaire, vexer ses partenaires en Chine pourrait donc s’avérer extrêmement gênant pour la firme de Cupertino. Tim Cook le sait parfaitement bien, et n’hésite d’ailleurs pas à verser dans l’obséquiosité lorsqu’il doit s’adresser à ces derniers ou même au gouvernement chinois.

La chose avait d’ailleurs fait jaser certains sénateurs américains en décembre dernier.

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.