#io14 : Chrome OS et Android vont marcher main dans la main

Chrome OS et Android ont toujours formé deux écosystèmes distincts, mais la situation devrait rapidement changer au fil des semaines et des mois à venir. Google a effectivement décidé de rationaliser son offre afin de la rendre plus compétitive face aux solutions concurrentes. Avec des fonctions intéressantes, rappelant étrangement ce que proposera bientôt Apple avec le couple Yosemite / iOS 8.

A l’heure actuelle, Android est la plateforme mobile la plus populaire du marché et elle se trouve ainsi loin devant iOS, Windows Phone ou même BlackBerry OS. Chrome OS, de son côté, est en train de trouver tout doucement sa place et les Chromebooks ont même enregistré de très bonnes ventes aux Etats-Unis l’année dernière.

Chrome OS Android

Chrome OS et Android, ce n’est que le début.

Google veut maintenant aller plus loin.

L’idée est assez simple à la base puisqu’il s’agit tout bonnement de permettre à des terminaux fonctionnant sous Android de se connecter à des machines propulsées par Chrome OS.

Pour les notifications, les messages texte et les applications

Ensuite, et bien les applications ne manquent pas. Une fois le système en place, il sera par exemple possible de récupérer sur un Chromebook toutes les notifications émises par un smartphone. Plus besoin de prendre notre terminal en main à chaque vibration, nous aurions tout ce qu’il nous faut sous les yeux en toute circonstance.

Pas mal, et ce n’est pas terminé car nous pourrons même répondre à un message texte à l’aide du clavier (physique) de notre ordinateur. Voilà qui devrait nous simplifier grandement la vie.

Toutefois, le meilleur reste à venir. Grâce à ce système, Android sera même en mesure de déporter l’affichage de notre smartphone sur notre ordinateur. Avec un mappage complet au niveau du clavier et du pavé tactile, bien sûr. En gros, donc, grâce à ce système, nous allons pouvoir utiliser nos applications mobiles depuis notre Chromebook.

Comme si de rien n’était. Faut bien l’avouer, sur le papier, c’est plutôt prometteur.

Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre la réponse de Microsoft.

Via