iPhone 3G, premier contact…

Tiens, un nouveau billet sur l’iPhone 3G. Ça alors, quelle surprise ! On ne s’y attendait pas du tout… Surtout que personne n’en parle en ce moment, hein… Cela dit, ce n’est pas parce que toute la blogosphère donne son avis sur le nouveau téléphone d’Apple que je dois me taire. Et puis, même si j’essayais de m’auto-censurer, quelque chose me dit que je n’y parviendrais pas…

Bref, c’est hier midi que j’ai été cherché mon iPhone 3G. Le modèle 16Go en noir, pour ceux que ça intéresse. Evidemment, c’est mon tout premier iPhone, je n’avais pas succombé au premier modèle et on peut dire que la surprise a été de taille. Oui, un peu comme un coup de barre à mine derrière les oreilles.

Comme vous vous en doutez certainement, cela fait maintenant quelques mois que je fais de la veille autours du nouveau téléphone de la Pomme et j’ai lu avec attention la plupart des avis donnés suite à sa sortie. De nombreuses critiques ont fusé, notamment sur le design général de l’appareil. Cela vient peut-être de la crise du pétrole mais le plastique n’est pas très apprécié.

Et pourtant… Franchement, j’ai déjà eu le premier modèle entre les mains et je trouve que l’iPhone 3G est bien plus réussi que ce dernier. Alors on est d’accord, les traces de doigt c’est un peu la galère, cela se voit beaucoup plus sur du plastique que sur du métal, mais il n’empêche que le nouveau téléphone de la Pomme a vraiment de la gueule. Pour un peu, on aurait presque l’impression d’avoir un BlackBerry sous la main.

A l’allumage, c’est la claque. Depuis plusieurs mois, de nombreux téléphones tactiles sont passés entre mes mains. Comme ça, pour voir. Et aucun ne m’a autant convaincu de l’iPhone. Son interface est très soignée, très aérée et surtout très réactive, beaucoup plus que ce qui se fait du côté de la concurrence. Et ça, dans les moindres détails, comme lorsqu’on modifie l’ordre des boutons et que ces derniers commencent à trembloter pour nous dire qu’on peut y aller.

J’avais de grosses craintes par rapport au clavier virtuel, aussi. Mes doigts sont assez fins, mais ils ont vraiment l’habitude des touches physiques. Pour tout vous dire, je suis un peu le roi du sms et j’en envoie plusieurs milliers par mois, ce qui me vaut par ailleurs des factures plutôt épicées. Le premier contact a été difficile, donc, mais on prend très vite l’habitude. Pour le moment, je ne suis pas aussi « productif » qu’avec un clavier traditionnel, mais cela ne saurait tarder.

Côté configuration, pas de grosses surprises. Attention cependant, parce que le push mail ne fonctionne pas avec toutes les boîtes mail. Heureusement, des solutions existent, comme de passer par un compte Mail2Web. Alors j’ai un peu galéré, hein, mais maintenant mon iPhone sonne aussi souvent que le BlackBerry de mon chef

La navigation sur le web est vraiment impressionnante. Le plus drôle, c’est que la 3G semble plus véloce que le WiFi. Attention cependant car en allant sur une boîte Yahoo, je suis parvenu à faire planter l’iPhone. Pour m’en sortir, j’ai du appuyer simultanément sur le bouton du haut et celui du bas. A noter que j’ai refait une tentative ce matin et que je n’ai rencontré aucun problème particulier.

De la même manière, si l’autonomie de l’appareil est relativement confortable, ce n’est pas pour autant qu’il faut faire n’importe quoi. Si vous êtes à proximité d’un réseau WiFi ouvert, je vous recommande de désactiver la puce 3G. Et vice-versa. Même chose aussi pour la géolocalisation, qui n’est finalement utile que lorsqu’on utilise le GPS de l’appareil.

D’ailleurs, à ce sujet, il faut préciser que le GPS intégré à l’iPhone 3G n’est pas (encore) un vrai GPS. Ce dernier ne vous indiquera pas la route à prendre en temps réel (genre « Tournez à gauche », « Tournez à droite », « Vous roulez à contre-sens sur l’autoroute », « Vous êtes mort »). Mais rassurez-vous, puisqu’il semblerait que Tom-Tom travaille justement sur le sujet. Quoi qu’il arrive, le vrai GPS finira donc par débarquer sur le téléphone d’Apple.

Quoi d’autre ? C’est certain, j’ai du oublier des choses et je n’ai de toute manière pas encore eu le temps de tester toutes les fonctionnalités de l’appareil. Ce premier contact reste tout-de-même très positif et je suis ravi d’avoir succombé à la tentation. L’iPhone répond en effet à tous mes besoins et il va en plus me permettre d’alléger mes factures Orange en envoyant des mails plutôt que des sms.

Bref, que du bonheur…

Note : Et merci à Eric sans qui je n’aurais sans doute pas été capable de prendre des captures d’écran de mon PhoPhone :)