Clicky

ISS : des bactéries extraterrestres retrouvées à l’extérieur de la station ?

Le dimanche du 21 mai 2017, The Hindu a relaté qu’une forme de vie microscopique avait été découverte au bord d’un satellite de l’ISS. Les bactéries ont été trouvées par une équipe de scientifiques de la NASA sur un segment russe de la station spatiale internationale. Elles s’étaient fixées sur la surface externe de la sonde. L’astronaute russe Anton Shkaplerov, qui voyageait à bord de cette dernière, pense qu’elles sont inoffensives.

Cette bactérie d’un nouveau genre a été baptisée Solibacillus kalamii. Ce nom a été inspiré d’Abdul Kalam, le président indien qui a permis à son pays d’être dans la liste des puissances nucléaires. Solibacillus kalamii a l’air de bien s’accommoder avec l’atmosphère terrestre. Afin de mieux la comprendre, les experts devront encore approfondir leurs recherches.

ISS

Les bactéries ont fait l’objet d’une étude dont les résultats ont été publiés dans la revue Ijsem, en avril dernier.

Rien n’est encore sûr

Concernant l’origine de Solibacillus kalamii, deux principales hypothèses ont été avancées par les scientifiques. La première suppose que les bactéries sont d’origines extraterrestres et se sont accrochées à la sonde. La seconde suggère qu’il s’agit de bactéries terrestres qui auraient subi une mutation.

Kasthuri Venkateswaran, l’auteur principal de la recherche, pense qu’il ne s’agit pas d’une bactérie extraterrestre. « Je suis raisonnablement certain qu’elle a fait du stop vers la station spatiale à bord d’un des cargos de ravitaillement et a réussi à survivre aux conditions hostiles de l’espace », a-t-il souligné.

Se protéger des radiations cosmiques

Pour rappel, en 2015, les scientifiques avaient trouvé des bactéries à bord d’un satellite de l’ISS. Elles auraient été emportées dans l’espace via un PC. Durant quarante mois, elles ont été soumises aux conditions extrêmes de l’espace. Elles ont pu survivre à des oscillations de température entre moins 150 et plus 150 degrés Celsius.

Dans la revue Ijsem, Kasthuri Venkateswaran a également précisé que les Solibacillus kalamii « ont tendance à résister à des radiations élevées et produisent des composés qui peuvent être utiles pour des applications biotechnologiques ».

Il pense ainsi que cette bactérie aux propriétés extraordinaires pourrait aider à trouver une solution qui servira à se protéger des radiations spatiales.

Mots-clés espaceinsoliteiss

Share this post