L’iWatch misera-t-elle sur l’énergie solaire ?

L’iWatch fait beaucoup parler d’elle depuis l’année dernière, mais les rumeurs la concernant se sont considérablement intensifiées au fil de ces dernières semaines. Logique, puisque la montre connectée d’Apple a de bonnes chances d’être présentée dès la rentrée prochaine. Et justement, si l’on en croit le New York Times, la Pomme Croquée serait en train d’examiner deux pistes pour faciliter le chargement de son nouveau dispositif, deux pistes en lien avec le rechargement sans fil et l’énergie solaire.

Produire une montre connectée blindée de technologies révolutionnaires et capable de faire plein de choses, c’est bien, mais cela ne sert à rien si l’autonomie de cette dernière laisse à désirer. La batterie, c’est important et encore plus par les temps qui courent, avec l’explosion des objets connectés et autres « wearables ».

iWatch énergie solaire

L’iWatch vue par Jivaldi.

D’après les informations du quotidien évoqué un peu plus haut, Apple travaillerait sur des systèmes basés sur l’énergie solaire depuis quelques années maintenant. A la base, ces derniers étaient censés être intégrés aux iPhone, aux iPod Touch et aux iPad mais la firme aurait changé ses plans entre temps. Le problème des iDevices, c’est qu’ils sont très souvent cachés au fond de notre poche. Ce n’est pas le cas d’une montre connectée qui, elle, reste accrochée à notre poignet en permanence.

Comme évoqué un peu plus haut, Apple serait également en train de tester différents systèmes de rechargement sans fil, des systèmes qui pourraient être étendus à terme aux terminaux nomades et aux accessoires produits par la société, comme son clavier ou sa souris.

Mais ce n’est pas la seule piste examinée par la Pomme Croquée. En réalité, il y en a beaucoup et certains d’entre vous se souviendront peut-être de cet étonnant brevet mettant en scène une batterie capable de se recharger grâce à de simples mouvements, et donc grâce à l’énergie cinétique. Futuriste ? Pas tant que ça et il faut d’ailleurs savoir que la firme de Cupertino a embauché pas mal de spécialistes du secteur, et plus précisément des ingénieurs travaillant pour Tesla et Toyota.

La vision du New-York Times est-elle juste ? Difficile à dire, mais ces idées ne manquent pas de sens pour autant. Après tout, si l’iWatch veut vraiment s’installer sur le secteur de la santé et du Quantified Self, elle a plutôt intérêt à envoyer du pâté niveau autonomie, hein.

Mots-clés applerumeurswatch