Izzie Button, l’artiste numérique qui vend de la cellulite, des veines et des vergetures virtuelles sur Second Life

Izzie Button a un passe-temps pas tout à fait comme les autres. Elle passe en effet le plus clair de son temps libre à créer des textures afin de permettre aux inconditionnels de Second Life de coller de la cellulite ou même des vergetures sur leur avatar.

Second Life a ouvert ses portes en 2003, sous l’impulsion de Linden Lab, une entreprise fascinée par les expériences immersives et la réalité virtuelle.

Second Life

Le succès a été immédiat. Le titre s’est rapidement retrouvé sous les feux des projecteurs et les médias ont été nombreux à couvrir son lancement.

Second Life, de la lumière aux ténèbres

Très vite, Linden Lab et son étonnante création ont attiré les regards des entreprises, artistes ou universitaires.

Expositions, espaces d’accueil, études scientifiques, formations, Second Life est alors devenu un véritable phénomène de société à part entière et tout le monde s’attendait à ce que le titre s’inscrive durablement dans le paysage vidéo ludique. Cela n’a cependant pas été le cas.

Les entreprises ont en effet commencé à déserter l’univers de Linden Lab à compter de 2007. De leur côté, les médias ont cessé de couvrir l’actualité entourant le titre et la crise économique survenue l’année suivante a fini de précipiter le titre dans un impénétrable bourbier.

L’éditeur s’est cependant accroché de toutes ses forces à son métavers et Second Life existe toujours. Il compte même plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs mensuels et son marketplace est toujours aussi riche et dynamique.

Linden Lab a en effet eu la très bonne idée de lancer une place de marché en parallèle de son métavers. Les moddeurs peuvent donc proposer à la vente leurs créations. Il est ainsi possible d’acheter des vêtements virtuels, des meubles ou même des yeux et des corps. Comment ? En utilisant de la monnaie virtuelle, des L$.

De la monnaie que l’on peut obtenir contre de vrais billets, bien entendu.

Les utilisateurs de Second Life à la recherche de plus de réalisme

Izzie Button s’est donc spécialisée dans la création d’améliorations pour les avatars de Second Life. Mais au lieu de proposer à la vente de nouvelles coiffures, des vêtements ou même des bijoux, elle a préféré se focaliser sur les personnalisations réalistes.

Les personnes souhaitant donner un peu plus de corps à leurs créations peuvent ainsi se rendre sur sa boutique et acheter de la cellulite ou même des vergetures virtuelles. Le prix proposé dépend bien entendu de l’article. La fausse cellulite se monnaye ainsi autour de 199 L$. Pour les boutons et autres imperfections cutanés, il faudra débourser 100 L$. Quant aux veines sur les seins, elles vous coûteront 199 L$.

Selon Izzie, les attentes des utilisateurs de Second Life ont beaucoup changé avec les années. À l’origine, les gens étaient plutôt en quête de perfection et ils cherchaient avant tout à créer des versions améliorées d’eux-mêmes. Désormais, la tendance est bien différente et les utilisateurs de la solution sont davantage à la recherche de réalisme. Ils veulent des avatars qui leur ressemblent, des avatars plus réalistes. Pour eux, c’est en effet une manière d’assumer une certaine forme d’individualité virtuelle.

Et attention, car son idée a très vite payé. Les ventes sont en effet au beau fixe et les articles vendus par Izzie récoltent de bonnes notes en général.

Mots-clés insolitesecond life