Jacquie et Michel ne vont finalement pas pouvoir sponsoriser l’US Carcassone pendant un match

Les sponsors dans le monde du sport sont une tradition. Les marques profitent de la popularité du sport pour faire leur publicité, et les sportifs récoltent de l’argent de leur côté. Toutefois, ce n’est pas tous les jours qu’on voit une entreprise du secteur de la pornographie sponsoriser un club d’un sport populaire.

Et pourtant, le site pornographique Jacquie et Michel avait pour ambition de sponsoriser l’US Carcassonne, club de Pro D2 de rugby.

Facepalm

Tout ne s’est cependant pas passé exactement comme prévu.

Un drôle de sponsor pour une équipe de rugby

Cela résonne comme une blague de rugbymen, et pourtant c’est très sérieux : l’US Carcassonne devait bel et bien être sponsorisée par Jacquie et Michel le 1er mars, lors du match de Pro D2 de rugby contre le Biarritz Olympique. Oui vous l’aurez compris, il ne s’agissait pas d’un partenariat sur le long terme, mais plutôt d’un sponsoring le temps d’un match. N’empêche qu’il n’est pas fréquent de voir une équipe sportive se faire sponsoriser par une entreprise du X.

Nés dans les Hautes-Pyrénées, Jacquie et Michel se définissent comme le « premier groupe de divertissement pour adultes ». On connaît surtout l’entreprise pour son site pornographique. Mais cela ne semble pas être un obstacle pour Jacquie et Michel pour sponsoriser une équipe d’un sport populaire comme le rugby. « Engagement, puissance, endurance et vigueur sont autant de valeurs que Jacquie et Michel partagent avec les hommes de Christian Labit », peut-on lire dans un communiqué de l’entreprise.

Soulignons que Labit (drôle de coïncidence ce nom en effet) est l’actuel manager sportif de l’US Carcassonne. Il a été auparavant troisième ligne internationale du Stade Toulousain.

« Rien de pornographique » au programme… rassurez-vous !

L’objectif de l’US Carcassonne, en s’associant au site pornographique Jacquie et Michel, était de faire parler du club et de gagner de l’argent. « Il y a une volonté de toujours se renouveler. L’objectif, c’est que ça fasse parler. Nous voulons susciter de l’engouement, des retombées sur la billetterie et sur les réseaux sociaux. », explique l’USC.

Il n’y aura « rien de pornographique », rassure le club. Le partenariat consistait surtout à organiser des « happenings » durant la soirée au stade Albert-Domec.

Toutefois, la Ligue Nationale du Rugby n’a pas vu ce partenariat d’un très bon oeil et elle a ainsi fait savoir en début de semaine qu’il était hors de question de laisser une entreprise pour adultes nouer un partenariat avec un club. Un partenariat n’étant, selon la LNR, non compatible avec le règlement de la ligue.