Japon : interrompu par un policier, un joueur de Pokémon GO le frappe au visage

Au Japon, un joueur de Pokémon Go a été arrêté par la police après avoir frappé un représentant des forces de l’ordre au visage, celui-ci ayant ainsi eu l’outrecuidance de le déranger dans sa partie pour l’interroger sur le pourquoi de sa présence non autorisée dans un hôtel.

Il y a vraiment peu de temps, nous rapportions que Niantic Labs allait possiblement être contraint de supprimer les arènes et les PokéStop présents près ou à l’intérieur de propriétés privées. Parce que des joueurs de Pokémon GO ne se privent pas de pénétrer en ces lieux, provoquant l’ire de leurs propriétaires (non, pas les parents déjà bien contents d’avoir la paix).

Pokémon Go

Des comportements que l’on croyait inhérents aux Occidentaux, à tort. Ainsi, même du côté du pays du Soleil-Levant, des joueurs de Pokémon GO peuvent se croire tout permis. C’est Yahoo! Japan qui rapporte cette histoire, avec une traduction fournie par nos confrères anglophones de Kotaku.

Le quadragénaire aurait menacé de mort le policier l’ayant empêché de capturer un Polémon

En fin de soirée, une cinquantaine de personnes s’étaient rassemblées à Matsuyama, dans le quartier de Chifunemachi, non loin d’un hôtel. D’apparents pratiquants de Pokémon GO. Mais, pensant peut-être bien que leurs chances de capturer des Pokémon rares allaient significativement augmenter à l’intérieur de l’établissement, certains y ont pénétré sans y avoir été autorisés.

C’est pourquoi le staff de l’hôtel a alerté les forces de l’ordre. Deux policiers se sont rendus sur place. L’un d’eux s’est dirigé vers un joueur de Pokémon GO pour l’interroger, ce qui n’a pas été du goût de ce dernier. À l’officier lui faisant face, ce joueur aurait ainsi déclaré : « À cause de vous, je n’ai pas attrapé [le Pokémon]. Je vais vous tuer. » Avant de s’exécuter à moitié puisqu’ayant ainsi frappé l’officier au visage sans le blesser.

Le joueur, un homme de 40 ans, a été arrêté. Désormais ciblé par des accusations criminelles, il nie les faits lui étant reprochés. Gageons qu’il en aura des choses à raconter à sa communauté si jamais les autorités l’autorisaient à poursuivre sa chasse aux monstres en garde à vue.

Mots-clés japonpokemon go