Japon : un super volcan a été découvert à côté des côtes japonaises

Des géologues l’Université de Kobe ont trouvé un dôme de lave géant à l’intérieur d’un supervolcan japonais. La structure sous-marine de roche fondue se situe l’île volcanique d’Iōjima, sur la bordure nord de la Caldera de Kikai. C’est en étudiant le cratère Kikai Caldera, où s’est produite l’éruption d’Akahoya, que les scientifiques ont découvert une coupole en train de pousser. Ils croient qu’il y a probablement une énorme accumulation de magma en dessous.

La catastrophe d’Akahoya a eu lieu il y a 7300 ans. C’était une surexcitation volcanique de 150 kilomètres cubes de lave provoquant la mort des millions de personnes et la destruction d’une civilisation toute entière. Les chercheurs craignent qu’une telle éruption se reproduise. Néanmoins, ils estiment la probabilité d’un tel événement à un pour cent.

Volcan Io

Les détails sur l’étude peuvent être consultés dans la revue Scientific reports.

Cent millions de morts dans le pire des cas

La coupole comporte du magma faisant dix kilomètres de diamètre et une hauteur de six-cents mètres. Après avoir étudié les dénivellations du fond maritime, les experts pensent qu’elle pourrait provoquer une éruption de trente-quatre kilomètres cubes.

Cette quantité serait susceptible de provoquer un tsunami pouvant atteindre les côtes de la Chine et du continent américain du nord au sud. Cette potentielle éruption pourrait, par la même occasion, donner lieu à une quantité importante de cendres. Cela pourrait entraîner un phénomène d’ « hiver volcanique » sur une partie du territoire japonais.

« Bien que la probabilité d’une gigantesque éruption frappe l’archipel japonais est de 1 pour cent au cours des 100 prochaines années, on estime que le nombre de morts pourrait atteindre environ 100 millions dans le pire des cas », a affirmé le professeur Yoshiyuki Tatsumi, chef de la Kobe Ocean-Bottom Exploration Centre.

Un enjeu mondial

Tatsumi prévoit de revenir sur les lieux en mars dans l’objectif de confirmer les résultats. Cette fois-ci, son équipe va utiliser des robots sous-marins pour mieux comprendre les processus de formation du volcan. Par ailleurs, les chercheurs vont recourir à des techniques sismiques et électromagnétiques afin de mettre en évidence l’accumulation de magma.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un enjeu mondial car les répercussions des cendres et des produits chimiques ne concerneraient pas que le Japon. Savoir prédire avec exactitude ce qui va réellement se passer est donc une priorité absolue pour les géologues.

Mots-clés géologiejapon