JFK ou l’énigme de l’homme au parapluie noir

L’une des énigmes les plus étranges concernant l’assassinat en 1963 du président John F. Kennedy à Dallas était la présence de « l’homme au parapluie ». Ce personnage étrange a été vu sur les photographies en train d’ouvrir un parapluie noir au moment du passage du président, alors que le ciel était parfaitement clair ce jour-là.

Certains ont vu en cela la preuve d’une conspiration : un homme dont le rôle était de donner le signal au sniper. D’autres le soupçonnaient d’être lui-même l’assassin : dissimulant un pistolet à poison dans son parapluie noir.

Homme au parapluie

Un homme au comportement suspect dans la foule

Le 22 novembre 1963, l’un des présidents les plus importants et les plus controversés de l’Amérique était assis à l’arrière d’une Lincoln Continental décapotable sur Elm Street à Dealey Plaza, Dallas. Ce voyage faisait partie de sa tournée officielle au Texas et il y avait une grande foule le long de la route qui était venue voir passer leur président. Alors que la voiture roulait à travers un espace vert dégagé de Dealey Plaza, un homme debout sur le bord de la route ouvrit un parapluie noir, alors que c’était une belle journée ensoleillée sans signe de pluie.

Quelques secondes plus tard, John F. Kennedy était abattu, devenant le 4e président des États-Unis à être assassiné.

Alors que le cortège accélérait en direction de l’hôpital Parkland Memorial pour tenter de sauver la vie du président, l’homme au parapluie noir resta immobile pendant quelques instants, ferma calmement son parapluie et s’assit sur le trottoir. Il discuta pendant quelques minutes avec un autre homme mystérieux, avant de s’éloigner froidement en direction du Texas Book Depository – le bâtiment d’où Lee Harvey Oswald aurait tiré les coups de feu qui ont tué Kennedy. Tout cela a été enregistré sur un film.

Les théories concernant l’homme au parapluie noir

Ce jour-là, les services secrets n’avaient pas prêté attention à l’homme au parapluie et à son comportement étrange, ils étaient plus soucieux d’essayer de protéger leur président déjà mort. Cependant, lorsque l’enquête a commencé, des photos et des films de l’événement ont été étudiés, l’homme au parapluie est alors devenu un suspect et des efforts considérables ont été fournis pour le retrouver. Mais ils ne l’ont pas retrouvé, car sur les images le visage de l’homme était flou. Les recherches se sont finalement arrêtées, Lee Harvey Oswald ayant été officiellement reconnu comme le seul commanditaire du meurtre.

Plusieurs théories sont nées quant au rôle de l’homme au parapluie dans l’assassinat du président Kennedy. La plupart des gens croient qu’il faisait partie de la conspiration et était là pour signaler aux tireurs que Kennedy était effectivement dans la voiture et dans quelle voiture il était. D’autres personnes croient que le parapluie a été utilisé pour tirer une fléchette sur le président pour le paralyser.

Un troisième groupe pense qu’il était là avec un parapluie afin que les tireurs puissent juger de la direction du vent – un élément essentiel dans le tir de précision.

Louie Steven Witt – L’homme au parapluie

Le House Select Committee on Assassinations, ou HSCA, a été créé en 1976 pour répondre aux préoccupations du public concernant l’assassinat de Kennedy et celui de Martin Luther King, Jr. Des dépliants ont été distribués dans ce cadre pour tenter de recueillir des informations sur plusieurs personnes présentes sur les lieux le jour de l’assassinat du président. Un homme du nom de Louie Steven Witt a été identifié par ses amis comme l’homme au parapluie. Et cela est vite arrivé à l’oreille des médias, puis aux autorités. Witt a ensuite accepté volontairement d’assister aux audiences de la HSCA pour aider à faire avancer l’enquête et, en partie, pour se faire innocenter.

Il a affirmé qu’il était, à l’époque, employé par la Compagnie d’assurance Rio Grande et avait ouvert le parapluie en signe de protestation contre la politique d’apaisement de Joseph Kennedy (père du président Kennedy) à l’égard de l’Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale. Il a déclaré qu’il pensait que John Kennedy, qui avait écrit (alors qu’il était à l’université) un document intitulé « Why England Slept » concernant la politique d’apaisement de Neville Chamberlain vis-à-vis d’Adolf Hitler, reconnaîtrait le parapluie comme une métaphore de cette politique que son père avait soutenue. Le parapluie noir était en effet l’objet emblématique de Chamberlain (Premier ministre du Royaume-Uni à l’époque).

Aucune charge ne sera finalement retenue contre Witt. Il déclarera plus tard : « Je pense que si le Livre Guinness des records avait une catégorie pour les personnes qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment, faisant la mauvaise chose, je serais le numéro 1 dans cette catégorie, sans même un concurrent proche. »

Mots-clés histoire