Jolicloud : mes impressions

Toujours dans ma quête de l’OS idéal pour mon EEE PC 1000 HE, j’ai eu l’occasion de mettre les doigts sur Jolicloud, le fameux système d’exploitation spécial netbook lancé par Tariq Krim et dont tout le monde parle depuis un moment. Un produit prometteur, qui fait rêver et qui donne envie et dont il fallait absolument que je vous parle. Oui, surtout que le bilan est plutôt mitigé.

Jolicloud, mes impressions

Pour commencer, il faut savoir que je n’ai rien contre Tariq, hein… Non parce que vous savez déjà que je ne suis pas un grand fan de Netvibes alors, si je me mets à critiquer Jolicloud, vous allez finir par penser que j’ai des comptes à régler… Ce qui n’est évidemment pas le cas.

Histoire de commencer par le début (vaut mieux ça que commencer par la fin), on va un peu parler de l’installation de Jolicloud. Cette dernière est très rapide, similaire à ce que propose Moblin. Je n’ai pas chronométré l’opération mais, à vue de nez, on parle d’une dizaine de minutes. Même chose pour l’assistant qui est très abordable, ce qu’on comprend parfaitement quand on sait que l’OS de Tariq est basé sur une Ubuntu.

Jolicloud, la fenêtre de login

Une fois démarré, Jolicloud nous renvoie sur une interface assez simpliste qui nous permet de voir les logiciels installés et de naviguer dans le système de fichiers. L’ensemble est très simpliste, mais bien réalisé. D’ailleurs, c’est assez amusant, parce que cette interface ressemble énormément à Synaptic. Notez bien que ce n’est pas un reproche.

Le point un peu étonnant c’est que cette fameuse interface d’accueil n’est pas Jolicloud. Enfin, disons qu’elle en fait partie mais que vous devez cliquer sur « My Jolicloud » pour accéder aux réelles fonctionnalités du produit et retrouver l’interface que nous avons tous pu voir sur les nombreuses captures d’écran qui ont déjà circulé sur le web.

Jolicloud, la liste des applications

En cliquant sur « My Jolicloud », vous arrivez sur une nouvelle interface. En se connectant à son compte, on peut accéder à une liste d’applications installables en un clic. Là encore, ça ressemble fortement à du Synaptic, mais à la sauce Web 2.0. L’ensemble est très réactif et très simple à utiliser. Sur mon EEE PC 1000 HE, tout tourne correctement et aucune latence n’est à déplorer.

En toute sincérité, de mon point de vue, Jolicloud est assez confus. Le fait d’avoir deux interfaces différentes pour « presque » la même chose n’est pas fait pour améliorer les choses. J’aurais préféré, comme pour Moblin, me retrouver avec une seule et même interface. Là, on peut dire que ces deux interfaces sont assez redondantes, elles font plus ou moins la même chose, et on peut donc s’interroger sur leur utilité.

Jolicloud, les updates de logiciels

C’est triste à dire mais, en l’état, Jolicloud est assez décevant. Je m’attendais à un OS plus original, plus complet et vraiment orienté web. Là, on a juste l’impression que les développeurs du produit se sont amusés avec Prism. Cela dit, les choses peuvent encore changer…

Note : Les captures d’écran illustrant ce billet proviennent toutes du site officiel.