Jumpshare, pour partager n’importe quel fichier en un clic

Le stockage dans les nuages – ou dans le « cloud » – est plutôt à la mode en ce moment. Depuis Dropbox, tout le monde s’y est mis, et compris des grosses multinationales comme Microsoft ou encore Google. On ne compte donc plus le nombre de services de ce genre et Jumpshare est justement un nouveau venu sur le secteur. A ceci près que ce dernier ne fonctionne ni comme Dropbox, ni comme Google Drive, ni comme SkyDrive. En réalité, ce dernier s’impose plus comme un service de partage que comme un service de stockage. Intéressant, c’est sûr, d’autant plus qu’il vous permettra de rester anonyme…

Car en effet, pour utiliser Jumpshare, il n’est pas nécessaire d’ouvrir un compte ni même de s’inscrire. Une fois sur le service, il vous suffira effectivement de glisser vos fichiers dans la zone dédiée pour qu’ils soient automatiquement envoyés dans le « cloud ». Ensuite, le service va générer un lien unique qu’il vous suffira de transmettre à vos amis. En cliquant dessus, ces derniers pourront donc afficher vos fichiers, mais aussi les transmettre à leur tour en les envoyant par mail ou en les partageant sur Twitter, Facebook, Google+. S’ils le désirent, ils auront aussi la possibilité de les télécharger pour les rapatrier ensuite sur leur disque dur.

Jumpshare, pour partager n'importe quel fichier en un clic

L’autre grand atout de Jumshare, en dehors de son extrême simplicité, c’est d’être compatible avec un bon nombre de formats. En réalité, il en supporte plus de 150 et il vous permettra donc de partager et de visualiser des photos, des vidéos, des documents, des feuilles de calcul, des livres numériques, des fichiers RAW, des polices d’écriture, du code et plein d’autres choses. La liste est longue, évidemment, et on peut difficilement rendre compte de tous les formats supportés par le service.

Arrivés à ce stade de l’article, vous devez vous dire que Jumpshare risque surtout d’intéresser les pirates. Dans l’absolu, vous n’avez pas forcément tort mais le service a bien évidemment mis en place un certain nombre de dispositifs pour éviter les abus. La première chose à savoir, c’est que vous ne pourrez pas partager des fichiers de plus de 100 Mo. A moins de découper vos DIVX (ambiance années 90/2000 garantie), il vous sera donc difficile d’envoyer sur les serveurs de la société vos séries ou vos films. Pour la musique, évidemment, c’est un peu plus compliqué et c’est pour cette raison qu’une seconde limitation a été mise en place. Chaque fichier ne sera ainsi disponible que pendant deux semaines. Passé ce délai, il sera donc supprimé.

Cette seconde limitation a son importance puisqu’elle devrait dissuader les pirates tout en permettant à la société d’économiser un peu de bande passante. Toutefois, si Jumshare veut durer dans le temps, alors cette dernière va devoir se creuser la tête pour trouver un modèle économique valable. Mine de rien, le stockage sur le web, ça peut coûter très cher. En tout cas, merci à LifeHacker pour ce bon plan.

Essayer Jumpshare

Mots-clés pratiqueweb