Jupiter : le mystère des bandes colorées enfin résolu ?

Jupiter, la plus grande planète du système solaire, est aussi connue pour être une planète gazeuse. Principalement constituée d’hydrogène et d’hélium, elle n’a pas de surface solide. Son atmosphère est caractérisée par des flux de puissants jets allant d’ouest en est. Ceux-ci entrainent des nuages d’ammoniac vers l’atmosphère extérieure de la planète. Ce phénomène engendre des bandes colorées qui varient entre le blanc, le rouge, l’orange, le brun et le jaune.

Depuis longtemps, les chercheurs ont essayé de comprendre ce qui se passait sous les nuages ​​de Jupiter. Dernièrement, une équipe internationale formée de scientifiques australiens et américains semble avoir résolu l’énigme. Elle a pris, comme objet d’étude, l’interaction entre les atmosphères et les champs magnétiques.

Tâche Jupiter

Les détails sur la nouvelle étude ont été présentés dans un article publié dans la revue The Astrophysical Journal.

Des calculs sur l’instabilité et une série de simulations informatiques

Le Dr Navid Constantinou, de l’École de recherche des sciences de la Terre de l’ANU, est l’un des chercheurs qui ont participé à l’étude. « Nous en savons beaucoup sur l’atmosphère des jets dans la Terre et sur le rôle clé qu’ils jouent dans la météo et le climat, mais nous avons encore beaucoup à apprendre sur l’atmosphère de Jupiter », a-t-il déclaré.

« Les scientifiques ont longtemps débattu de la profondeur des jets sous les surfaces de Jupiter et d’autres géantes gazeuses, et pourquoi ils n’apparaissaient pas à l’intérieur du soleil », a poursuivi le chercheur.

Les chercheurs ont effectué des calculs sur l’instabilité qui est à l’origine des jets de courant en présence des champs magnétiques. Ils ont également vérifié leurs hypothèses à travers une série de simulations informatiques.

Le gaz à l’intérieur de Jupiter est magnétisé

L’équipe pense que les courants-jets disparaissent ensuite à cause d’un puissant champ magnétique. « Le gaz à l’intérieur de Jupiter est magnétisé, nous pensons donc que notre nouvelle théorie explique pourquoi les courants-jets vont aussi loin sous la surface de la géante gazeuse, mais ne vont pas plus loin », a noté le Dr Jeffrey Parker, du laboratoire national Lawrence Livermore aux États-Unis.

A la différence de ceux de la Terre, ondulés et irréguliers, les courants-jets de Jupiter sont plutôt droits. D’après les informations obtenues à travers la sonde Juno de la NASA, jets peuvent atteindre jusqu’à trois milles kilomètres.

« Les courants-jets de la Terre ont un impact énorme sur le temps et le climat en agissant comme une barrière et en rendant plus difficile l’échange de propriétés telles que la chaleur, l’humidité et le carbone », a déclaré le Dr Constantinou.

« Il n’y a pas de continents et de montagnes en dessous de l’atmosphère de Jupiter pour obstruer le chemin des jets », a souligné le Dr Parker. « Cela rend les jets plus simples sur Jupiter. En étudiant Jupiter, non seulement nous découvrons les mystères à l’intérieur de la géante gazeuse, mais nous pouvons aussi utiliser Jupiter comme laboratoire pour étudier le fonctionnement des flux atmosphériques en général. »

Mots-clés astronomiejupiter