Clicky

Kaby Lake-G : Une puce Radeon ‘Vega M’ plus Polaris que Vega ?

Si vous suivez l’actualité Hardware, vous savez probablement qu’Intel et AMD ont surpris tout le monde il y a quelques mois en levant conjointement le voile sur un projet un peu fou baptisé Kaby Lake-G. Ce dernier a pour particularité d’embarquer, sur un seul circuit, un processeur Intel de 8e génération, une puce GPU estampillée AMD et de la mémoire HBM2.

Une prouesse technologique que la presse a accueilli avec tout l’enthousiasme quel mérite, mais qui pourrait receler un petit impair d’ordre architectural. Si AMD a brandé sa partie GPU sous le patronyme « Vega M », il se pourrait en réalité que ladite puce n’ait de Vega que le nom et qu’elle dépende en réalité de l’architecture Polaris, l’ancienne technologie développée par la firme rouge.

Annoncées dernièrement, les Puces Kaby Lake-G embarquant une partie CPU signée Intel et un GPU développé par AMD, profitent-elles vraiment de l’architecture Vega du géant de Sunnyvale ?

C’est en tout cas ce que suggère PCWorld qui a examiné la question de très près. Le site a eu recours à deux méthodes pour déterminer quelle était réellement l’architecture qui donne vie à la partie graphique des puces Kaby Lake-G : AIDA 64 et l’outil d’analyse de Windows « dxdiag ». Une méthode simple, efficace… et surtout révélatrice d’un cheveu dans le potage.

Une puce Radeon Custom qui a un peu trop de sang Polaris dans les veines

Au travers d’AIDA 64, PCWorld a découvert que la partie GPU conçue par AMD, pour Intel, était identifiée sous mention « Polaris 22 ». De quoi mettre la puce à l’oreille au site spécialisé qui a poussé les recherches un peu plus loin. Sachant que Vega supporte DirectX dans sa version 12.1 et que ce n’est pas le cas pour l’architecture Polaris, le journaliste de PCWorld a simplement lancé l’utilitaire « dxdiag » sur une machine équipée d’un processeur Kaby Lake-G.

Résultats des courses, le verdict va dans le même sens que les informations transmises par AIDA. A savoir que l’outil d’analyse détecte bien une puce custom Radeon « Vega M », mais avec une prise en charge de DirectX 12.0 maximum – et non 12.1 -, ce qui pousse à croire que l’on a bien à faire à une architecture Polaris, et non Vega, contrairement à ce que AMD laisse entendre.

Contacté par PCworld, Intel s’est contenté de déclarer qu’il s’agissait d’une « solution Radeon Custom spécialement conçue pour Intel » et qu’elle était « similaire aux solutions Radeon RX Vega, avec une large bande passante dédiée au cache mémoire et des unités de calcul améliorées avec des ROPs (Render Output Units) additionnels« .

Le média précise pour sa part que les performances constatées sur les processeurs Kaby Lake-G restent de toute façon excellentes.

De son côté, AMD a dû vouloir baptiser sa partie GPU « Vega M » pour des raisons marketing, mais aussi parce que sa puce custom embarquerait bien une part des spécificités propres à l’architecture Vega. Un souci de nomenclature, donc, qui n’aurait – au bout du compte – pas de répercutions majeures sur la qualité finale du produit.

Mots-clés amdintelKaby Lake-G

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.