Karachigate.fr, histoire d’une blague de Geek

Les Geeks ont parfois un humour particulier dont seuls les autres Geeks savent apprécier la saveur. Et apparemment, du côté de l’Elysée, on n’aime pas trop ce genre de plaisanteries puisqu’un internaute vient tout juste de se faire taper les doigts pour une broutille. Sa très grande faute ? Tout simplement avoir acheté un nom de domaine, karachigate.fr, avant de le rediriger sur le site de l’Elysée. Forcément, ce dernier n’a pas manqué de réagir…

Brûlons-le ! Plantons sa tête au bout d’une pique ! Piquons-lui ses allocations ! Rassurez-vous, les enfants, car la situation n’est pas encore dramatique. Pour le moment, l’Elysée s’est juste contenté de contacter Gandi (oui, l’internaute en question a du goût) pour exprimer son mécontentement. Même que notre héros d’un jour a eu droit à un drôle de message, dont voici un très court extrait :

« Ce renvoi (Note de Super Fred : karachigate.fr) est abusif et nous condamnons fermement cette pratique. Je vous remercie en conséquence de bien vouloir faire le nécessaire le plus rapidement possible pour mettre un terme dans les meilleurs délais à cette redirection abusive, et de m’en tenir informé. Dans tous les cas, la Présidence de la République se réserve de donner toutes les suites requises à cet abus dans le cadre du respect de ses droits. »

Brrrr, forcément, la dernière phrase fait peur. Genre si le gars se réveille un jour sur les genoux de Bebert le camionneur, au fin fond d’une geôle étroite, humide et obscure, faudra pas qu’il se pose trop de questions. Notons tout de même qu’il s’est exécuté immédiatement après avoir reçu ce vilain message et que le nom de domaine karachigate.fr est maintenant redirigé vers… un blog où il explique toute la situation.

Et d’un certain sens, c’est franchement pas con. J’veux dire, si tu veux faire un peu de buzz et faire en sorte que les gros magazines spécialisés parlent de toi, suffit de faire une redirection vers un site du gouvernement et t’auras droit à ton quart d’heure de gloire.

Hum… Tiens, d’ailleurs, faut que je vous laisse, j’ai deux ou trois idées sous le coude…

Via

Mots-clés blogfunpolitiqueweb

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.