Kepler a découvert 15 nouvelles planètes situées autour d’étoiles naines

Teuyuki Hirano et son équipe du département des sciences de la Terre et des planètes de l’Institut de technologie de Tokyo ont utilisé Kepler pour découvrir et identifier pas moins de quinze planètes situées dans l’orbite de naines rouges. Trois super-terres se trouvent dans le lot.

Les super-terres répondent à une classification bien précise. Le terme désigne en effet des exoplanètes dont la masse est comprise entre celle de notre propre monde et celle d’une planète géante.

Espace

Les astronomes imposent cependant des limites et les planètes de cette catégorie ne doivent ainsi pas dépasser dix fois la masse de notre planète, avec une limite inférieure située entre une et cinq fois celle de la planète bleue.

15 nouvelles exoplanètes découvertes

Il est important de noter que cette classification n’a rien à voir avec l’habitabilité des mondes. Toutes les super-terres ne sont donc pas potentiellement capables d’abriter la vie et certaines se trouvent ainsi trop près ou trop loin de leur étoile pour être en mesure d’accueillir de l’eau à l’état liquide.

Teruyuki Hirano et ses équipes ont donc réussi à valider l’existence de quinze exoplanètes situées en orbite autour de plusieurs naines rouges.

K2-155, une de ces naines rouges, se trouve à environ deux cents années-lumière de notre propre monde et elle a pour principale particularité d’avoir trois super-terres dans son orbite. Encore plus intéressant, le monde situé le plus à l’extérieur – K2-155d – aurait un rayon équivalent à environ 1,6 fois celui de notre propre monde et il se trouverait en outre dans la zone d’habitabilité de son étoile.

En poussant plus loin leurs investigations et en s’appuyant sur des simulations climatiques  poussées, les astronomes ont également été en mesure de déterminer que cette planète était potentiellement capable d’accueillir de l’eau à l’état liquide à sa surface.

Trois super-terres dans la liste

Toutefois, les chercheurs indiquent également dans leur étude qu’il sera nécessaire d’effectuer une estimation plus précise du rayon et de la température de l’étoile hôte pour déterminer si K2-155d est habitable.

En revanche, là où cette découverte est très intéressante, c’est qu’elle prouve que les planètes situées dans l’orbite des naines rouges peuvent présenter de nombreuses similitudes avec les systèmes se trouvant autour des étoiles solaires similaires à la nôtre.

Hirano pense en outre que la mise en orbite de TESS en avril prochain devrait permettre aux chercheurs d’identifier et d’analyser plus facilement ces mondes lointains.

Mots-clés astronomieespace