Clicky

Kepler a identifié 100 nouvelles exoplanètes, et essuyé quelques dommages en prime

Kepler a commencé sa carrière en 2009 et il a détecté des dizaines d’étoiles mais aussi des centaines de corps célestes en l’espace de quelques années. Grâce à lui, la NASA a une meilleure connaissance de la Voie Lactée et des astres qu’elle dissimule. Mieux, le télescope a même identifié un peu plus de 100 nouvelles exoplanètes au fil de ces derniers mois, mais il a aussi essuyé de nombreux revers sur la même période.

Kepler se présente sous la forme d’un long télescope de 0,98 mètre de diamètre. Il pèse un peu plus d’une tonne et il est équipé d’un détecteur de 95 millions de pixels capable de mesure avec une extrême précision la luminosité d’une étoile.

Point Kepler

Kepler nous a appris beaucoup de choses sur les systèmes qui nous entourent.

La NASA l’a orienté vers une région fixe de la Voie Lactée mesurant un peu plus de 115 degrés carrés.

Kepler nous a permis d’identifier des centaines d’exoplanètes

L’appareil a pour mission de découvrir des planètes telluriques et de lister tous les corps placés en orbite autour des autres étoiles de notre galaxie. Le Système Solaire n’est effectivement qu’une goutte d’eau dans l’océan et il existe ainsi des milliers de systèmes similaires dans la Voie Lactée.

Bon, mais comment il fonctionne en fait ?

Kepler est équipé d’un photomètre qui surveille en temps réel la brillance de plus de 145 000 étoiles situées dans la zone évoquée un peu plus haut. Toutes les données sont transmises à intervalles réguliers vers la Terre et elles sont analysées dans la foulée par de puissants algorithmes.

Ces dernier sont chargés de détecter les obscurcissements périodiques causés par les planètes passant devant les étoiles. Grâce à cette méthode, les astronomes ont trouvé plusieurs centaines d’exoplanètes, et donc plusieurs centaines de planètes situées en dehors de notre système.

La NASA a profité de la nouvelle année pour faire un point rapide sur la mission. L’agence spatiale américaine a ainsi révélé avoir trouvé 100 nouvelles exoplanètes. Intéressant, mais ce n’est pas terminé car ces dernières sont très différentes les unes des autres et le télescope a même repéré trois planètes plus grosse que la nôtre.

Kepler va bientôt avoir un nouveau copain : TESS

Magnifique, mais Kepler n’a pas non plus eu une vie de tout repos et il a ainsi subit d’importantes dommages en 2013 au niveau de ses roues de réaction.

Ces pièces sont relativement méconnues mais elles jouent un rôle primordial dans le fonctionnement d’un télescope spatiale car elles permettent de modifier l’angle de l’appareil sans utiliser d’énergie, en se basant uniquement sur la force d’inertie.

Pour que le système soit efficace, il doit s’appuyer sur trois axes différents et tout le problème est là car Kepler a perdu une première roue à cette époque et la seconde n’avait pas pu prendre le relai.

Quoi qu’il en soit, la NASA a encore de nombreuses données sur lesquelles travailler et l’agence prépare le lancement d’un nouveau télescope spatial élaboré en partenariat avec le MIT.

TESS sera placé en orbite en 2017 et il devrait nous permettre d’en apprendre plus sur les galaxies qui nous entourent.

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.