Keynote Apple : tout sur le MacBook Pro 2016

Apple a tenu une conférence de presse ce soir afin de présenter ses toutes dernières nouveautés. Après une introduction toute en chiffres, la firme a enchaîné les annoncés à un rythme soutenu et elle a notamment profité de l’occasion pour lever le voile sur un nouveau MacBook Pro aux lignes très épurées.

Il faut bien l’avouer, ce Keynote ne tombe pas au meilleur moment pour la firme. Les bénéfices de l’entreprise ne cessent effectivement de chuter et les derniers résultats présentés par Tim Cook sont loin d’être mirobolants.

Keynote Apple

Si vous n’avez pas pu suivre le Keynote Apple du 27 octobre, alors vous êtes sans doute au bon endroit.

Très loin, même puisqu’ils accusent un recul de 19 % par rapport au même trimestre l’année passée. Les actionnaires ont donc besoin d’être rassurés.

Comme à son habitude, Tim Cook a ouvert le bal avec une tonne de chiffres choisis avec le plus grand soin. Il s’est notamment félicité du taux d’adoption d’iOS 10, mais également des 100 millions de souvenirs consultés par les utilisateurs sur iPhoto, avant de passer au vif du sujet.

TV

TV, la nouvelle application de l’Apple TV.

Apple TV : « le futur de la télévision, ce sont les applications »

Tim Cook a commencé par évoquer l’Apple TV et il a notamment indiqué que le petit media center avait rencontré un franc succès auprès des éditeurs, avec plus de 8 000 applications développées pour tvOS.

Il a ensuite enchaîné en annonçant l’arrivée prochaine de Minecraft sur l’appareil, une nouvelle qui ne manquera pas de faire plaisir aux fans de la licence bien entendu.

Tim a ensuite laissé la place à Ryan Troy, de Twitter. Il a beaucoup parlé de vidéos et il a expliqué que les contenus de la NHL, de la NBA, de Bloomberg et de Buzzfeed seront gratuitement disponibles à travers l’application développée pour l’Apple TV.

Le PDG d’Apple est revenu ensuite pour présenter une toute nouvelle application sobrement baptisée TV. Il s’agit d’une « expérience télévisuelle unifiée » pensée exclusivement pour le media center de la firme.

Elle rappelle pas mal ce que propose Plex et elle permettra à l’utilisateur de retrouver à un seul et même endroit ses fichiers multimédia mais également les séries de Showtime et de toutes les autres chaînes… à partir du moment où leur application est installée sur l’appareil.

Cette application ne se limitera évidemment pas à l’Apple TV et elle sera aussi proposée sur iPad. Les données seront évidemment synchronisées d’un terminal à un autre et l’application intégrera Siri.

L’application sortira en décembre aux Etats-Unis.

MacBook Pro 2016 : image 1

Le MacBook Pro 2016 et ses deux écrans.

MacBook Pro : deux écrans et deux coloris au choix

Tim Cook est ensuite passé aux Mac. Il a commencé par revenir sur les principales fonctionnalités de macOS Sierra avant de rappeler que l’ordinateur portable de la marque vient de fêter son 25ème anniversaire.

Il a ensuite levé le voile sur le MacBook Pro 2016 avant de céder sa place à Phil Schiller.

Cette nouvelle version reprend les codes des machines de la gamme avec deux ou trois nouveautés en plus.

Le châssis se décline ainsi en deux coloris (argent et gris), avec un boîtier ne dépassant pas les 14,9 mm d’épaisseur contre 18 mm pour la génération précédente. Le poids, lui, passe à 1,5 kilo. En marge, la machine est aussi équipée d’un clavier similaire dans sa construction à celui du MacBook, mais également d’un nouveau pavé tactile Force Touch beaucoup plus large que l’ancien.

Mais la vraie nouveauté, du moins en termes d’ergonomie, c’est cette fameuse barre tactile située au-dessus du clavier.

La Touch Bar, c’est son nom, peut afficher des touches virtuelles, bien sûr, mais également la timeline d’une vidéo ou d’une piste sonore. Tout dépendra évidemment de l’application active. Si vous lancez Safari, par exemple, la barre d’adresses apparaîtra ici, de même pour tous les boutons de navigation habituels.

Comme prévu, cette barre intègre aussi un lecteur Touch ID. Placé à droite, il permettra à l’utilisateur de s’identifier en démarrant sa machine, mais également de passer des paiements en ligne grâce à Apple Pay. Le lecteur est entièrement géré par une puce T1 dont on ne sait pas grand-chose pour le moment.

L’idée est plutôt séduisante et l’intégration est bien pensée. Maintenant, il faut espérer que les développeurs sauront tirer parti de ce deuxième écran dans leurs applications.

Bon point en tout cas, l’utilisateur pourra personnaliser les raccourcis présents dans cette barre à sa convenance. Du moins pour ceux du système. En outre, il suffira de poser le doigt sur le lecteur pour passer automatiquement d’une session à une autre, avec une animation qui rappelle pas mal le cube de Compiz.

Il y a du mieux pour l’écran aussi. La dalle est 67 % plus lumineuse et 67 % plus contrastée.

En outre, les modèles les plus chers embarqueront un Intel Core i7 de sixième génération cadencée à 2,13 GHz avec une Radeon Pro dotée d’un maximum de 4 Go de mémoire dédiée. Le SSD atteindra un maximum de 2 To pour sa part et Apple a profité de l’occasion pour intégrer un nouveau système de dissipation de la chaleur reposant sur deux ventilateurs. Ah, et on aura un haut-parleur de chaque côté de la machine.

Selon Phil Schiller, ce nouveau MacBook Pro sera 130 % plus rapide que l’ancien en 3D, et 60 % en jeux vidéo.

Prometteur, mais il est important de préciser que tous les modèles ne présenteront pas un tel gain de puissance et les modèles de base devront ainsi se contenter d’un Intel Core i5 et d’une carte graphique Iris Pro. Fidèle à son habitude, la firme a donc choisi de ne pas équiper tous ses portables d’un GPU dédié.

Apple a fait un gros coup de ménage sur la connectique, bien sûr, et les MacBook Pro embarquent ainsi quatre ports USB Type-C. Ils remplaceront les sorties vidéos, mais aussi les ports Thunderbolt.

La marque a ensuite présenté la nouvelle version de Final Cut Pro. L’interface reste sensiblement la même, mais l’application tire pleinement parti de la Touch Bar et il sera ainsi possible de l’utiliser pour faire défiler des séquences vidéos ou même pour modifier le volume sonore de certaines pistes.

Apple s’est ensuite arrêté sur Photoshop, lui aussi compatible avec la fameuse Touch Bar. On retrouve toujours la même logique ergonomique. Des raccourcis viendront se loger dans la barre afin de nous faire gagner du temps et nous n’aurons donc plus besoin d’aller fouiner dans les menus ou de claquer des raccourcis clavier pour travailler sur nos PSD. Même chose pour le nuancier.

Pas mal d’applications seront compatibles avec la Touch Bar. Des applications comme Pixelmator, Sketch ou même Skype.

Apple annonce une autonomie de 10 heures en moyenne.

Côté prix, il faudra débourser 1 499 $ pour le premier MacBook Pro, 1 799 $ pour le second et 2 399$ pour le troisième. A noter que le premier ne sera pas doté de la Touch Bar et il viendra finalement remplacer le MacBook Air.

Je ne vous cache pas que ce Keynote m’a laissé assez perplexe. Cela ne transparaît pas forcément dans mon article, mais Apple a passé près d’une demi-heure sur cette Touch Bar et environ quinze secondes sur la fiche technique du MacBook Pro. Pour une machine qui s’adresse aux professionnels, il faut avouer que c’est un choix assez surprenant.

Mais le vrai problème pour la marque à la pomme, c’est qu’elle passe après Microsoft. La firme de Redmond a effectivement tenu sa propre conférence de presse hier, une conférence de presse durant laquelle la marque a enchaîné les annonces.

Entre le Surface Studio, la Surface Dial et le nouveau Surface Book, il faut avouer que ce MacBook Pro fait pâle figure. Même avec sa Touch Bar.