KIC 8462852 : une nouvelle baisse de luminosité en vue !

KIC 8462852 est actuellement en train de subir une nouvelle baisse de sa luminosité. Les astronomes vont donc en profiter pour l’étudier de nouveau. Parviendront-ils enfin à percer son mystère ?

Située dans la constellation du Cygne, cette étoile se trouve à environ un peu plus de mille années-lumière de notre propre position. Elle fascine néanmoins les astronomes, les scientifiques et les chasseurs d’extraterrestres depuis pas loin de deux ans maintenant.

KIC

En 2015, une équipe de chercheurs a effectivement relevé d’importantes et inexplicables fluctuations de luminosité en observant l’étoile.

KIC 8462852, l’étoile de tous les fantasmes

La logique aurait voulu qu’elles soient provoquées par une ou plusieurs planètes situées dans son orbite, mais les scientifiques responsables de la découverte ont rapidement compris que c’était tout bonnement impossible. Les variations étaient en effet trop importantes pour être produites par une simple planète.

En octobre de la même année, des astronomes ont donc commencé à évoquer la piste d’une possible mégastructure extraterrestre fonctionnant sur le principe de la fameuse sphère de Dyson.

Cette sphère a été imaginée par le physicien Freeman Dyson au début des années 60 et elle a été pour la toute première fois évoquée dans un article publié dans la revue Science. Elle fait référence à une mégastructure capable de capturer l’énergie émise par une étoile.

Le scientifique a eu l’idée de cette structure après avoir feuilleté un roman de science-fiction écrit par Olaf Stapledon. Pour lui, cette sphère était le meilleur moyen pour une civilisation très avancée de faire face à ses besoins énergétiques et à son accroissement démographique.

Suite à la formulation de cette théorie, KIC 8462852 est devenue une véritable star et elle s’est rapidement retrouvée sous les feux des projecteurs.

De nombreuses études ont été menées par la suite afin de tenter de prouver ou d’invalider cette thèse, mais elles n’ont malheureusement rien donné. Pendant un temps, des astronomes ont en effet émis l’hypothèse que ces variations étaient causées par le passage d’un essaim de comètes, mais cette théorie a rapidement été démontée par d’autres scientifiques.

Un nouvel obscurcissement en vue

Intriguée par ces importantes variations, une équipe de chercheurs originaires de l’Université de l’Illinois a donc mené une étude de fond l’année dernière. Pendant plusieurs mois, les scientifiques ont étudié les obscurcissements subis par l’étoile et ils les ont analysés avec plusieurs modèles mathématiques élaborés par leurs soins.

En combinant ces modèles aux données récoltées par nos instruments, ils ont alors remarqué que ces phénomènes semblaient correspondre au modèle des statistiques d’avalanche, des modèles habituellement associés aux transitions de phase.

Ils en ont donc déduit que les variations de la luminosité de KIC 8462852 étaient peut-être causées par de puissantes éruptions solaires courant à la surface de l’astre. Toutefois, ils n’ont pas encore été en mesure de le prouver.

Ils vont peut-être avoir l’occasion de le faire très prochainement, car l’étoile est entrée vendredi dernier dans une nouvelle phase. Elle a effectivement commencé à s’effondrer et à perdre de sa luminosité.

Étrangement, la nouvelle a été très bien accueillie par la communauté scientifique et plusieurs équipes de chercheurs ont ainsi annoncé leur intention de procéder à de nouvelles observations plus poussées au fil de ces prochaines semaines afin d’étudier l’étoile. Ils ont d’ailleurs bon espoir de pouvoir percer définitivement cet insoluble mystère astronomique.