KickAss Torrents est (presque) de retour !

KickAss Torrents n’est pas encore totalement mort et nous venons d’en avoir la preuve. IsoHunt a en effet lancé hier soir un clone du service, un clone hébergé sur un de ses serveurs. KAT est donc de retour et c’est évidemment une très bonne nouvelle pour tous ses fans. Des fans qui se comptent en millions, par ailleurs.

KickAss Torrents a disparu de la circulation hier matin. Les autorités américaines ont en effet lancé une opération coup de poing et ils ont ainsi saisi les principaux domaines du site tout en procédant à l’arrestation de l’administrateur du service, un certain Artem Vaulin.

Retour KickAss Torrents

KickAss Torrents est en train de faire son come-back. Un clone, du moins.

Comment ont-ils fait pour le localiser ? Ils se sont tout simplement appuyés sur son compte iTunes.

KickAss Torrents : l’administrateur a été localisé grâce à son compte iTunes

Tout a commencé en 2015 lorsqu’un agent américain a contacté l’équipe de KickAss Torrents en se faisant passer pour un annonceur en quête de visibilité. Après quelques échanges, il a fini par louer un encart publicitaire sur le site, pour un tarif de 300 $ par jour. Les autorités ont donc mis la main sur un numéro de compte situé en Lettonie.

Les Etats-Unis ont demandé de l’aide au gouvernement du pays et ce dernier leur a donné un accès aux relevés du compte. Les enquêteurs se sont alors rendus compte que plus de 24 millions d’euros avaient été versés dessus entre août 2015 et mars 2016.

Intéressant, mais ce n’est pas fini car ils ont aussi mis la main sur une adresse mail : pr@kat.cr. En fouinant sur la toile et sur les réseaux sociaux, ils ont alors réalisé qu’elle était aussi utilisée par une page Facebook faisant en réalité office de fanclub. En marge, ils ont aussi récupéré une autre adresse, celle d’un compte Apple cette fois.

Après l’avoir tracé, ils se sont rendus compte que ce compte avait été utilisé le 31 juillet 2015 pour effectuer un achat (légal) sur iTunes. Ils ont récupérer l’adresse IP associée à la transaction, une adresse utilisé le même jour pour accéder à la page Facebook citée un peu plus haut.

Les autorités américaines n’ont pas mis la main sur les serveurs

Ensuite, eh bien ils l’ont simplement tracé pour remonter jusqu’à son propriétaire, Artem Vaulin. Le plus facile, finalement, a été d’établir sa culpabilité puisque le nom de l’homme apparaissait clairement sur le whois d’un des nombreux noms de domaine utilisés par KickAss Torrents.

Le compte-rendu complet de l’enquête est disponible à cette adresse, pour celles et ceux que ça intéresse.

L’opération a été rondement menée, donc, mais il est important de préciser que les autorités américaines n’ont pas mis la main sur les serveurs utilisés par le tracker. Ce détail est loin d’être anodin car cela veut aussi dire que l’équipe du site aura tout à fait la possibilité de le relancer si elle le souhaite.

En attendant qu’elle prenne sa décision, IsoHunt est parvenu à mettre la main sur une sauvegarde du site et il a lancé dans la foulée un clone du service, un clone accessible à l’adresse kickasstorrents.website. C’est évidemment très osé de la part de l’administrateur du site mais il se moque des risques encourus et il a d’ailleurs profité de l’occasion pour publier un manifeste et pour demander aux internautes de signer une pétition sur Change.org.

Pour le moment, cette dernière affiche un peu plus de 2 950 soutiens.

MAJ : Le site n’aurait finalement pas été lancé par l’administrateur de IsoHunt.