Clicky

Koken : un CMS gratuit pour déployer facilement des portfolios photos / vidéos

Le marché ne manque pas de CMS, c’est un fait. De tête et sans vraiment prendre la peine d’y réfléchir, on pourra citer WordPress, Dotclear ou même SPIP qui sont particulièrement complets et qui permettre de déployer rapidement des sites ou des blogs. Toutefois, en matière de portfolios, on a déjà un peu moins de choix. C’est triste, bien sûr, mais on pourra désormais compter avec un nouveau-venu qui a tout pour plaire, un nouveau-venu qui s’appelle Koken et qui devrait intéresser le plus grand nombre, et ce d’autant plus qu’il joue la carte de la gratuité la plus totale.

Ce qu’il faut savoir, au sujet de Koken, c’est qu’il fonctionne sur le même principe que WordPress et tous les CMS du même genre. En gros, donc, pour profiter de cette solution, il sera nécessaire de récupérer un script et de l’installer sur un serveur. Autrement dit, il vaudra mieux maitriser un minimum le sujet et être capable d’administrer une base de données et de toucher un peu sa bille en matière de développement. Mais le truc vraiment très chouette, c’est que Koken pourra être utilisé pour créer un portfolio en ligne, certes, mais aussi pour gérer ses images sur tous les services à la mode comme Facebook, Flickr et ainsi de suite.

Koken : une première capture pour l'installation

L’assistant d’installation de Koken est d’une simplicité déconcertante.

Koken : l’installation de la solution

L’installation de Koken n’est pas des plus compliquées, et encore moins lorsqu’on a l’habitude de ce type d’outils. Tout comme avec WordPress, vous devrez donc télécharger le script d’installation sur le site officiel du projet. Ensuite, il faudra le transférer via FTP vers votre solution d’hébergement. Notez en outre que vous aurez impérativement besoin de créer une nouvelle base de données pour que le script puisse fonctionner.

Lorsque tout sera en ordre – désolé de ne pas détailler la marche à suivre mais elle diffère d’un hébergeur à un autre -, vous devrez ouvrir votre navigateur et vous rendre à l’adresse de votre nouveau site. Là, Koken va se mettre en branle et vous vous retrouverez ainsi face à un assistant qui vous prendra par la main pour installer la solution.

En gros et pour faire simple, voici la liste des étapes que vous devrez suivre :

  • Création de votre compte personnel.
  • Configuration de la base de données, et de ses accès.
  • Lancement de l’installeur, avec téléchargement des fichiers.
  • Et c’est tout.

Si vous avez déjà eu l’occasion d’installer un WordPress / Dotclear / SPIP chez un hébergeur, c’est certain, Koken ne devrait pas vous poser de problèmes particuliers.

Koken : une première capture pour l'interface

L’interface de Koken, sombre et profonde à la fois. Oh tiens, c’est beau ce que j’écris, non ?

Koken : le tableau de bord

Lorsque Koken aura fini de télécharger les fichiers dont il a besoin pour fonctionner, il vous renverra vers une nouvelle page où vous trouverez un simple bouton « Start ». En cliquant dessus, vous serez redirigés vers l’interface d’administration de la solution. Plus tard, lorsque vous voudrez vous y connecter de nouveau, il suffira de taper un petit http://adresse-de-votre-site/admin dans votre joli navigateur web. Ensuite, et bien il faudra saisir l’adresse mail et le mot de passe définis lors de l’installation de la solution.

Quelques secondes plus tard, Koken vous renvoie vers votre tableau de bord.

Un tableau de bord particulièrement soigné, et vraiment très esthétique. Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas, mais ce dernier devrait vous taper droit dans l’estomac. Tout est effectivement fait pour que vous vous sentiez à l’aise, et pour que vous preniez rapidement vos marques. Je ne vais pas vous détailler toutes les fonctionnalités du produit, mais sachez en tout cas que l’interface de Koken se divise en plusieurs zones bien distinctes :

  • Le menu : Situé tout en haut, ce dernier vous permettra d’accéder aux différents modules de la solution. Vous pourrez ainsi ouvrir la galerie,  rédiger un nouvel article, éditer votre site, accéder aux paramètres du CMS ou même envoyer de nouvelles images si vous le souhaitez.
  • Une barre latérale : Intégrée à gauche de l’écran, elle vous donnera un accès direct vers les principaux sous dossiers. Pour la librairie, par exemple, elle nous permettra d’accéder à nos favoris ou à nos collections. Si on se trouve sur le module dédié à la rédaction d’un nouvel article, en revanche, ce seront nos pages qu’il sera possible de visualiser. Et pour l’édition du site, c’est ici que nous aurons tous les outils dédiés à sa mise en forme.
  • Une zone de contenu : Pas de grosses surprises, c’est ici qu’apparaîtront nos images, nos articles, notre site ou les paramètres du CMS. Tout dépend donc de la rubrique dans laquelle vous vous trouvez.
  • L’inspecteur : Situé complètement sur la droite, dans une barre latérale dédiée, l’inspecteur nous permettra d’obtenir des données sur nos clichés – comme les données EXIF – mais il nous aidera également à modifier leur nom, leur description ou même leurs tags.
  • La barre de statut : Située tout en bas de l’écran, cette dernière comporte un bouton pour créer une nouvelle collection et différentes données portant sur le nombre de photos sélectionnées. Point intéressant, c’est également à cet endroit que l’on pourra modifier l’affichage de nos photos. On pourra ainsi passer d’une vue en miniatures à une vue par liste au gré de nos envies.

Voilà pour ce tour d’horizon de l’interface de Koken. Maintenant qu’on y voit plus clair, on va pouvoir passer aux choses sérieuses et examiner les différentes fonctionnalités proposées par la plateforme.

Koken : une première capture pour la librairie

La librairie de Koken est très visuelle, et très simple à utiliser avec pas mal d’options pour filtrer notre contenu.

Koken : l’envoi d’images et la librairie

Il faut être parfaitement clair, Koken est sans aucun doute l’un des CMS les plus complets que l’on puisse trouver à l’heure actuelle, et il propose ainsi toutes les fonctionnalités que l’on est en doit d’attendre pour un outil de ce type, et donc pour un outil qui nous permettra de gérer nos collections d’images.

Tout commence avec l’upload, ou le téléversement, de nouvelles images. On clique sur le bouton qui va bien, on va chercher nos clichés, on clique sur un autre bouton et on attend. Là, Koken va nous demander si nos photos doivent être rendues publiques ou pas. Après avoir fait son choix, l’utilisateur n’aura plus qu’à cliquer sur un bouton pour lancer le transfert et donc pour envoyer ses photos sur son serveur. La durée de l’opération dépend bien sûr de la puissance de ce dernier, mais aussi du nombre de clichés à envoyés et de leur poids.

Lorsque l’opération arrivera à son terme, Koken nous renverra vers notre librairie et nous verrons alors apparaître toutes nos photos. Avant même d’aller plus loin, et avant de charger d’autres clichés, il vaudra mieux prendre le temps de s’organiser. Pour se faire, il suffira de créer une nouvelle collection en cliquant sur le « + » situé en bas à gauche de la fenêtre. Là, une nouvelle fenêtre s’ouvrira et nous n’aurons plus qu’à lui donner un nom, à saisir une description et à lui coller quelques tags aux basques. Attention cependant car il sera possible de créer deux types de collection au choix : un album, ou un set. La différence entre les deux ? L’album regroupe du contenu, tandis que le set regroupe des albums. Pas bête, non ? Un ou deux clics plus loin, la collection apparaîtra dans la barre latérale située sur la gauche.

Pour déplacer nos fichiers fraichement téléversées dans notre album, il suffira de revenir à l’accueil de notre galerie en cliquant sur le bouton « All Content » situé à gauche et de cliquer ensuite sur le bouton « Select All » présent en bas de la page. Là, à l’aide d’un simple glisser / déposer, on pourra envoyer tous nos clichés dans notre nouvelle collection.

Certes, mais si vous souhaitez éditer chaque cliché un à un pour modifier leur nom ou même leur description, il faudra nécessairement passer par l’inspecteur. Le truc assez positif, en revanche, c’est qu’il est possible d’éditer plusieurs fichiers sélectionnés d’un seul coup.

Koken : une première capture pour les collections

Créer une collection est très facile avec Koken.

Koken : écrire un article, ou créer une page

Si Koken vous permet de gérer facilement une librairie d’images, la solution offre également un module entièrement dédié à la rédaction de contenu. Pour y accéder, il suffit de cliquer sur l’option « Text » située dans la barre de navigation. Nous nous retrouverons alors face à une nouvelle page qui affichera tous les articles et toutes les pages que vous avez créés. Pour naviguer plus facilement dans notre contenu, nous pourrons vous appuyer sur la barre latérale gauche, barre qui listera tous les éléments textuels de votre site.

Par défaut, elle n’affichera absolument rien et c’est bien normal puisque c’est nous qui allons devoir créer notre contenu. La première chose à faire, c’est donc de cliquer sur le « + » affiché en bas à gauche de la fenêtre pour faire apparaître la boite de dialogue dédiée. En dehors du titre, nous pourrons indiquer le type de contenu à créer et donc soit un article, soit une page. Lorsque tout est correctement configuré, un simple clic sur le bouton « Create » suffira à valider l’opération.

Suite à ça, et bien nous nous retrouverons face à l’éditeur :

  • Zone de contenu : Blanche, cette dernière va nous permettre de rédiger le contenu de votre article ou de votre page. Il suffira d’en saisir le contenu à l’aide de notre clavier, mais nous pourrons également insérer des images et d’autres médias si nous le désirons. Tout en bas, on trouvera également deux boutons pour basculer en mode visuel ou en mode code, exactement comme sur WordPress.
  • L’inspecteur : C’est ici que nous pourrons accéder à plusieurs options supplémentaires pour modifier le résumé de la page, pour catégoriser notre contenu ou même pour récupérer le lien de la page.

Pas de grosse surprise ici, on retrouve finalement la même logique ergonomique que pour la librairie, et donc le même type d’interface. Ce qui est très intéressant, c’est qu’il sera parfaitement possible de rédiger un article et de le joindre à un album afin de lui ajouter des informations. Si vous souhaitez assurer le bon référencement de votre site, il vaudra mieux le faire.

Koken : une première capture pour les articles

Koken va nous permettre de créer facilement des pages ou des articles, il dissocie donc les images du contenu textuel.

Koken : la personnalisation du site

Le contenu ne fait pas toujours tout et un CMS se doit ainsi de proposer des options de personnalisation poussées, des options qui nous permettront de créer un site à notre image et donc de lui donner un peu plus de peps. Koken n’est pas en reste sur ce terrain là non plus et la solution offre ainsi un module entièrement dédié à cet usage, un module auquel il est possible d’accéder en cliquant sur le bouton… « Site ». Une fois que ce sera fait, le tableau de bord nous renverra sur une nouvelle page avec, tout en bas, trois onglets bien distincts :

  • Themes : Comme son nom l’indique, cet onglet nous permettra d’accéder à tous les thèmes installés sur notre serveur. Par défaut, Koken propose pas moins de neuf thèmes différents et minimalistes, mais il sera bien évidemment possible d’en rajouter d’autres si on le désire. Pour activer un thème, ce n’est pas forcément très compliqué puisqu’il suffit tout bonnement de cliquer dessus. Là, et bien l’outil nous affichera une nouvelle fenêtre qui nous permettra de visualiser le résultat. Si le thème nous plaît, nous n’aurons alors plus qu’à cliquer sur le bouton « Use Theme » pour l’activer. Sinon, et bien on pourra revenir à la fenêtre de sélection des thèmes en cliquant cette fois sur le bouton « Browse themes ». On appréciera d’ailleurs les jolies animations qui se déclenchent lorsqu’on passe d’une page à l’autre.
  • Draft : Une fois le thème sélectionné, on pourra passer aux choses sérieuses en cliquant sur cet onglet. Là, c’est bien simple, il sera possible de définir tous les éléments de notre site. Libre à nous de modifier le système de navigation, d’ajouter des liens dans le footer ou même de changer à la main nos CSS si nous le désirons. Koken a d’ailleurs pensé à intégrer un historique afin de revenir en arrière si on s’est lamentablement planté en voulant jouer les héros.
  • Live : Par l’intermédiaire de cet onglet, il sera possible de visualiser notre site comme si on y était, et donc de vérifier si nos changements ont été correctement appliqués. Idéal pour vérifier nos modifications avant de lancer le site en production.

Il faut bien l’avouer, ce module est particulièrement séduisant et il devrait finalement plaire à tous les bidouilleurs en herbe. Fascinant, bien sûr, mais comment installer un nouveau thème récupéré sur la toile ? En réalité, ce n’est pas très compliqué puisqu’il suffira de le télécharger et de le copier ensuite dans l’arborescence de notre site, dans le dossier « storage » et « themes ». Notez d’ailleurs que c’est aussi dans le dossir « storage » que vous trouverez le répertoire pour les plugins ainsi que le cache du site.

Koken : une première capture pour la personnalisation du site

Koken intègre nativement neuf thèmes très soignés, mais vous aurez la possibilité d’en récupérer de nouveaux sur le web.

Koken : les paramètres du CMS

Le moment est venu d’évoquer les différentes options proposées par Koken, et donc les paramètres du CMS. Accessibles par l’intermédiaire du module « Settings », ces derniers vont nous permettre de configurer l’intégralité de notre site. Après avoir cliqué sur le lien, on se retrouvera ainsi face à une page divisée en deux éléments : le menu à gauche, dans une barre latérale, et le contenu sur la droite. Exactement comme pour tous les autres modules de la solution, donc, ou presque.

Okay, mais quels sont les paramètres proposés par Koken ? Et bien il y a pas mal de choses, et voici un tour d’horizon de ces derniers :

  • Console : Ici, on trouvera deux options, une pour modifier le chemin d’accès de la console, ou plutôt du tableau de bord, une autre pour modifier le fuseau horaire. Si vous souhaitez protéger un minimum votre site, il vaudra mieux modifier l’adresse de la console.
  • Administrator : C’est ici que nous pourrons modifier vos informations personnelles et donc notre nom, notre adresse mail, notre mot de passe ou même les liens pointant vers notre réseaux sociaux. Notez cependant que plusieurs auteurs ne peuvent actuellement pas travailler ensemble sur le même site. Dommage, mais ce point sera peut-être corrigé dans une prochaine version.
  • Uploading : Tout ce qui touche au téléversement d’images se trouvera à cet endroit, il sera donc possible de modifier la licence de nos clichés, de paramétrer leur visibilité ou encore d’imposer une limite de téléchargement.
  • Site publishing : A cet endroit, on pourra paramétrer toutes les informations de notre site et donc changer son nom, sa tagline, son copyright, ses mots clés, sa description, le format de sa date et pas mal d’autres bricoles en prime. Tiens, d’ailleurs, c’est ici aussi qu’on pourra décider d’activer ou de désactiver le cache.
  • Image publishing : Trois options ici, une pour activer le mode HiDPI (pour les hautes résolutions), une pour gérer le niveau de qualité de nos images, une autre pour viser le cache de ces dernières. Il semblerait effectivement que Koken profite de deux caches différents, un pour le site et un pour les images.
  • Applications : Pas grand chose à dire de cette rubrique si ce n’est que c’est ici qu’on trouvera l’adresse de l’API de notre site, ainsi que tous les accès accordés aux applications tierces. Puisqu’on en parle, il faut d’ailleurs savoir que l’équipe de Koken a créé un outil pour synchroniser notre Lightroom avec notre site, idéal pour ceux qui n’ont pas envie de se prendre la tête à passer par leur tableau de bord pour alimenter leur site.
  • System : Là, nous aurons droit à un récapitulatif technique complet, on pourra donc connaître la version de PHP qu’on utilise, la version de MySQL et tous les détails qui vont bien.
  • Plugins : La liste de tous les plugins installés sur notre site apparaîtra ici et c’est depuis cette page que nous pourrons choisir de les activer ou de les désactiver.

Voilà pour les grandes lignes. J’ai sans doute oublié quelques fonctionnalités, mais ce n’est pas dramatique car ça vous permettra tout-de-même de vous faire une idée plus nette des possibilités conférées par la plateforme.

En ce qui me concerne et pour être aussi synthétique que possible, Koken m’a totalement séduit. Son interface, sa simplicité d’utilisation, ses fonctions en font un CMS particulièrement complet et qui ravira tous ceux qui ont besoin de mettre en avant leurs images sans pour autant passer par une plateforme spécifique. Tenez, et pour aller encore un peu plus loin, figurez-vous que je compte justement utiliser Koken pour un projet qui me trotte dans la tête depuis quelques mois maintenant. Jusqu’à présent, j’envisageais de passer par WordPress pour le réaliser mais Koken n’a eu aucun mal à me faire changer d’avis.

Pour finir, je tiens à remercier le lecteur qui m’a parlé de Koken, et donc Jean. Sans lui, je serais passé totalement à côté de cette pépite et ça aurait quand même été super dommage.

Koken, je t’aime.

Aller sur Koken

Mots-clés kokenpratiqueweb

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.