La biométrie pourrait permettre d’identifier les artistes du paléolithique

Récemment, une étude a démontré qu’il est possible de connaître le sexe des auteurs des empreintes des fameuses mains négatives. Il s’agit effectivement des empreintes de mains qui ont été conservées sur les parois des grottes, remontant au temps des hommes des cavernes. Selon les dernières estimations, ces œuvres auraient environ 40 000 ans.

Le projet est mené par Emma Nelson, anthropologue à l’université de Liverpool (Royaume-Uni). Son équipe est constituée de biologistes, d’anthropologues et d’archéologues. Leurs expérimentations sur le recours à la « morphométrie géométrique » se sont révélées être une réussite à 90%.

Main négative

Nous en saurons bien plus sur les auteurs de ces œuvres d’art.

Ce chiffre doit cependant être pris avec précaution, car ces expérimentations ont toutes eu lieu en laboratoire.

La biométrie pour retracer le passé

La technique développée repose sur pas moins de dix-neuf points placés sur la paume et les doigts et sur leur analyse comparative. En procédant à des calculs de distance, elle permet d’obtenir des informations sur le propriétaire du membre et notamment sur son sexe.

Cette méthode n’est pas nouvelle et elle est ainsi souvent utilisée dans l’anthropologie ou encore dans la médecine. Elle est également efficace dans le domaine de la science médico-légale.

Pour le moment, l’expérience a été reproduire sur 132 hommes et femmes de notre époque, mais des chercheurs comptent l’utiliser prochainement dans le cadre d’une étude poussée des auteurs des mains négatives.

Des symboles en passe de révéler des secrets

Ces arts rupestres ont été découverts sur quatre continents, dont l’Afrique, l’Asie, l’Europe et l’Amérique. Ils ont été marqués sur les roches par des méthodes de pulvérisation de nuages de pigments. Ceux-ci, servant à dessiner les contours des mains, étaient notamment de l’ocre rouge ou du noir de manganèse.

Ces émouvants témoignages de notre passé sont présents en France, en Argentine, en Espagne, en Indonésie… Qui étaient ces artistes de l’âge de pierre ? Y avait-il un message qu’ils voulaient faire passer ? Puisque l’art de la navigation n’existait pas encore, comment se fait-il que les techniques utilisées soient similaires ? S’agirait-il alors d’une grande lignée d’artistes ? Tant de questions qui trouveront bientôt des éléments de réponse.

Crédits Image