La Chine a piraté le monde !

Les chinois sont sournois. Et s’ils ont généreusement réévalué la valeur du Yuan, c’était pour mieux préparer leur attaque.  Car en effet, en avril 2010, la Chine a piraté le web pendant 18 minutes. Absorbant par là-même 15 % du trafic des réseaux civils et militaires des States et de l’Europe. Amazing. Et le plus drôle, c’est qu’ils ont fait ça les yeux bandés et les mains attachées dans le dos.

C’est une histoire de dingue, qui ne manquera sans doute pas d’inspirer Dan Brown himself. Pour ceux qui ne lisent rien d’autre que des manuels pour apprendre le PHP, faut savoir que le copain Danny est l’auteur d’oeuvres fantastiques comme le Da Vinci Code ou encore Anges et Démons. Comme ça, au moins, on connaît le sujet de son prochain best-seller.

Que s’est-il donc passé, les gens ?

Et bien nos copains les chinois ont tout simplement fait croire aux routeurs du monde entier que leurs routeurs à eux étaient les plus rapides. Forcément, comme l’information suit toujours le chemin le plus rapide, tout le monde a redirigé son trafic vers l’infrastructure chinoise. Le tout en quelques centièmes de secondes puisque les données sont reparties aussi vite qu’elles étaient venues.

Le plus embêtant, dans l’histoire, c’est que personne ne sait vraiment ce que la Chine avait derrière la tête. L’hypothèse la plus viable à mes yeux, c’est que ce chouette régime communiste en avait sans doute assez de massacrer des moines tibétains ou des opposants politiques. Au bout d’un moment, ça devient très vite lassant, alors faut passer à autre chose. Pareil que dans un couple en fait, on ne peut pas passer toute sa vie amoureuse dans la position du missionnaire.

Plus sérieusement, il ne s’agissait sans doute que d’une expérience pour tester la puissance d’absorption de leur infrastructure. Désormais, le gouvernement chinois sait qu’il peut pirater la terre entière et chopper les données gouvernementales de ses plus gros concurrents. Et ça, on est bien d’accord, c’est quand même super flippant.

Lire le rapport complet (anglais)

Via (Crédits photo)

Mots-clés politiqueweb