Clicky

La Chine compte fabriquer un vaisseau spatial nucléaire d’ici 2040

La Chine ne cache pas son ambition de devenir le leader mondial dans le secteur spatial. Pour ce faire, la superpuissance économique mondiale vient de lancer un nouveau programme. Un des objectifs de celui-ci consiste à développer une navette spatiale qui s’alimente d’énergie nucléaire. Selon le calendrier officiel du projet, il faudra attendre vingt trois ans pour que l’engin soit opérationnel.

La réalisation du programme a été assignée à une société chinoise nommée CASC, spécialisée dans les sciences et technologies aérospatiales. Celle-ci vient de publier la liste des étapes à suivre pour mener à bien le projet. La feuille de route comprend la liste des objectifs de l’entreprise et sa stratégie pour concurrencer les autres grosses agences spatiales.

Espace

Il y a lieu d’admettre que le pays dispose d’un certain avantage du fait qu’il peut prendre compte des erreurs commises par les agences comme la NASA.

La Chine affiche de solides ambitions

D’après GB Times, la CASC prévoit d’effectuer « des allers-retours interstellaires multiples, exploitant les ressources spatiales grâce à l’exploitation des astéroïdes et construisant des mégaprojets tels qu’une centrale solaire spatiale ».

Depuis les années 1970, la CASC prépare une flotte de fusées. Il s’agit de la famille des Longue Marche. Parmi celles-ci, il y lieu de citer la Longue 8 Mars. C’est un lanceur dont le budget est relativement contenu. Selon les prévisions, il devrait être opérationnel dès 2020.

La Longue Marche 8 devrait permettre à la Chine de faire face à la concurrence au sein du marché international de lancement.

La Longue Marche 9 illustre également l’immensité de l’ambition chinoise. Cette fusée de transport lourd est conçue pour expédier des engins qui pèsent plus de cent tonnes dans l’espace.  Celle de SpaceX, le Falcon Heavy, est capable d’envoyer un objet d’environ soixante-dix tonnes en orbite terrestre basse.

Des lanceurs réutilisables

Jusqu’ici, la Chine ne dispose que des fusées à usage unique. L’entreprise chinoise entend concurrencer la NASA en construisant des lanceurs lourds réutilisables. Cela permettrait également de réduire les coûts de lancement.

Actuellement, la CASC est en train de fabriquer un avion spatial réutilisable. Naturellement à usage commercial, celui-ci sera essentiellement consacré à l’expédition des touristes de l’espace. Il devrait être opérationnel aux horizons 2025.

Si tout se passe bien, toutes les fusées de la Longue Marche devront être réutilisables en 2035.

Mots-clés chineespace