La Chine développe l’ordinateur le plus puissant du monde

La Chine ne veut plus se contenter de TaihuLight, le supercalculateur développé par ses ingénieurs en 2016. Des scientifiques chinois sont parvenus à aller plus loin en construisant le premier ordinateur quantique au monde. L’équipe de chercheurs a été menée par Pan Jianwei, éminent physicien quantique et membre de l’Académie des sciences de Chine. La nouvelle a été annoncée ce 2 mai 2017 lors d’une conférence de presse à Shanghai.

Les scientifiques chinois ont réussi à développer un système quantique puissant, capable d’écraser les capacités de traitement des superordinateurs actuels. Ce nouveau système de calcul fonctionne sur l’échantillonnage et l’intrication instantanée de plusieurs photons, cinq pour être exact. Tous les composants ont été fabriqués par les chercheurs eux-mêmes.

Supercalculateur Chine

Par cette percée technologique, la Chine ambitionne de renforcer ses capacités HPC dans le but d’être totalement autosuffisante.

Un ordinateur vingt-quatre-mille fois plus rapide

Les performances de ce nouvel ordinateur quantique chinois surpassent largement celles des modèles précédemment créés par IBM et D-Wave. Le supercalculateur se présente en effet avec une architecture jusqu’à vingt-quatre-mille fois plus rapide. C’est l’intrication des photons qui permet de booster la vitesse et l’échelle du traitement informatique.

Contrairement aux serveurs actuels qui utilisent des bits stockés sous forme de 0 et 1, les ordinateurs quantiques utilisent, quant à eux, des bits quantiques ou qubits. La différence c’est que les qubits peuvent prendre plusieurs états en simultanée.

Si on illustrait les faits, l’informatique quantique c’est comme pouvoir lire plusieurs milliers de livres simultanément. L’informatique classique, quant à elle, ne permettrait de lire qu’un seul livre à la fois.

Une situation qui inquiète les USA

Après son superordinateur, le TaihuLight, ainsi que sa puce neuromorphique appelée Darwin, la Chine continue de renforcer son arsenal HPC. En développant l’ordinateur quantique le plus puissant au monde, le pays cherche visiblement à se suffire à lui-même en matière de technologie. Pour preuve, les puces du TaihuLight sont fabriquées localement. Le gouvernement ambitionne également d’équiper les PC et smartphones fabriqués localement avec ses propres semi-conducteurs.

D’aussi grandes ambitions inquiètent beaucoup certains pays, dont les États-Unis. Si la Chine venait à perfectionner son système quantique, elle pourrait en effet développer plus facilement de nouvelles armes. Pour le moment, le nouveau superordinateur chinois n’est pas encore totalement au point, car ses actions sont encore limitées.

Mots-clés chine